Share
Massacre à Béni : L’ONU avec ses 20 000 hommes, se moque de congolais, et demande plus d’effort pour la sécurité

Massacre à Béni : L’ONU avec ses 20 000 hommes, se moque de congolais, et demande plus d’effort pour la sécurité

Massacre à Béni : L’ONU avec ses 20 000 hommes, se moque de congolais, et demande plus d’effort pour la sécurité
Summary:
L’Organisation des Nations unies a exhorté le gouvernement de la République démocratique du Congo à accélérer l’enquête sur le massacre d’environ 50 civils, dont deux enfants à Beni, Nord-Kivu. L’attaque a aussi fait quatre blessés et dix maisons incendiées. Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont soupçonnés d’en être les responsables.

0%

Massacre à Béni : L'ONU avec ses 20 000 hommes, se moque de congolais, et demande plus d'effort pour la sécurité

L’Organisation des Nations unies a exhorté le gouvernement de la République démocratique du Congo à accélérer l’enquête sur le massacre d’environ 50 civils, dont deux enfants à Beni, Nord-Kivu.

L’attaque a aussi fait quatre blessés et dix maisons incendiées. Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont soupçonnés d’en être les responsables.

«  Ceci est la plus grave violence qui a touché la région depuis celle de 2014 pendant laquelle, l’ONU a enregistré 237 civils morts entre le 1er octobre et le 31 décembre. », a déclaré le Bureau du haut commissaire des droits de l’homme des Nations unies mardi dans un communiqué.

Les Nations unies ont encouragé le gouvernement de la RDC à faire plus d’efforts pour protéger les civils et enquêter sur les violations des droits de l’homme.

« Il (gouvernement) doit s’assurer que les auteurs des abus et violations des droits de l’homme de tous les côtés soient traduits en justice », a ajouté le communiqué.

« Le gouvernement de la RDC a institué un deuil national de trois jours pour exprimer sa solidarité aux familles des victimes », a déclaré le porte-parole du gouvernement Lambert Mende dimanche dans un communiqué.

Après cette tuerie, des milliers d’habitants de Beni ont manifesté contre la ‘‘passivité du gouvernement ’‘ face aux attaques qui ont fait plus de 600 morts depuis 2014.

Les meurtres ont eu lieu trois jours après que le président Joseph Kabila a visité la région, promettant de faire tout ce qui est en son pouvoir pour apporter la paix et la sécurité.

Le groupe rebelle présumé coupable, Forces démocratiques alliées (ADF), est une milice ougandaise islamiste qui sévit depuis 1990 dans l’est du Congo, il est accusé de plusieurs violations des droits de l’homme. ARTV NEWS

Laisser un commentaire