Share
Mexique : 3,8 millions pour la capture d’El Chapo et voir la vidéo de son évasion

Mexique : 3,8 millions pour la capture d’El Chapo et voir la vidéo de son évasion

La procureure générale du Mexique Arely Gomez montre une photo de Joaquin Guzman lors d’une conférence de presse à Mexico, lundi. PHOTO AFP


Le gouvernement mexicain va offrir une récompense de 3,8 millions de dollars pour la capture du baron de la drogue en cavale Joaquin «El Chapo» Guzman, a annoncé lundi soir le ministre de l’Intérieur Miguel Angel Osorio Chong.

«El Chapo», l’un des narcotrafiquants les plus puissants au monde qui s’est échappé samedi soir de la prison à haute sécurité d’Altiplano, «a sans doute bénéficié de complicités» au sein de l’établissement, a ajouté le ministre. «Si c’est bien le cas, il s’agit d’un acte de trahison».

Trois responsables de haut niveau de cette prison, située à 90 kilomètres de Mexico, ont été limogés et une trentaine d’employés sont actuellement interrogés, a-t-il indiqué.

Une photo récente de Guzman a été montrée sur laquelle le criminel apparaît sans moustache, les cheveux rasés. Le ministre a promis de diffuser également les images de vidéo-surveillance sur lesquelles apparaît «El Chapo» juste avant son évasion.

Le leader du cartel de Sinaloa était surveillé 24 h sur 24 à l’aide de caméras, mais «par respect pour son intimité», il existait des «angles morts» dans sa cellule dont il a profité. La prison était équipée de 750 caméras et répondait aux normes internationales, selon le ministre.

Le fugitif portait également un bracelet électronique qu’il a coupé avant de disparaître dans le tunnel.

«Nous allons pourchasser ce criminel sans répit», a ajouté M. Osorio Chong.

Course contre la montre

Une vaste chasse à l’homme a été lancée dès sa disparition samedi soir, et se poursuit actuellement dans une dizaine d’États du pays.

Le gouvernement a offert une récompense de 3,8 millions de dollars pour sa capture, soit le double des sommes habituellement offertes par les autorités mexicaines pour la capture des criminels les plus recherchés.

Le soutien d’Interpol a été demandé afin d’élargir la recherche à plus d’une centaine de pays.

Les autorités américaines se sont dites «profondément préoccupées» par l’évasion de ce criminel qui contrôlait plus de 75 % du trafic de drogue vers leur pays avant son arrestation. Elles considèrent sa capture comme une «priorité», a affirmé lundi le porte-parole du département d’État.

L’évasion de Guzman a été annoncée au président Peña Nieto alors qu’il se rendait en France pour une visite d’État de quatre jours.

Retour en force de son cartel

Plus de 48 heures après son évasion, «El Chapo» reste introuvable.

«S’il n’est pas capturé dans les 48 heures, il va pouvoir reprendre le contrôle total du cartel de Sinaloa» indiquait dimanche à l’AFP Mike Vigil, ancien chef des opérations internationales au sein de l’agence antidrogue américaine (DEA).

Selon l’expert, le fugitif pourrait tenter de se cacher dans les montagnes de l’État de Sinaloa, sa région natale, où il bénéficie «de la protection des villageois».

«El Chapo», diminutif de «chaparro» («courtaud»), allusion à sa taille de 1,64 mètre, s’était déjà évadé d’une prison à haute sécurité en 2001.

De nouveau en liberté, «El Chapo» pourrait rétablir rapidement l’hégémonie de son cartel, aidé en cela par la chute de plusieurs autres chefs criminels durant son incarcération, estiment les spécialistes.

«El Chapo est un conquérant, il veut contrôler tout le Mexique en matière de trafic de drogue» selon M. Vigil. Son retour aux affaires pourrait ainsi se traduire par une recrudescence des violences entre les groupes criminels sur tout le territoire.

Son évasion en vidéo

Le gouvernement mexicain a diffusé mardi soir une vidéo montrant le baron de la drogue Joaquin «El Chapo» Guzman s’évadant de sa cellule de la prison à haute sécurité d’Altiplano.

L’image de la caméra de surveillance montre Guzman, en tenue de prisonnier, faisant des allées et venues entre les sanitaires et son lit, avant de s’accroupir derrière le muret séparant la douche du reste de sa cellule et disparaître.

Le trou creusé dans le sol de la douche, dans lequel il se glisse à 20 h 52 samedi soir, n’est pas visible à l’écran.

Une autre caméra filmait les agissements d’«El Chapo», 58 ans, depuis le couloir, mais la cellule comportait deux angles morts afin de protéger l’intimité du détenu.

Les autorités n’ont pas précisé le temps qu’il a fallu aux gardiens pour donner l’alerte.

Cette deuxième évasion en 14 ans du puissant narcotrafiquant a porté un coup très dur au gouvernement d’Enrique Peña Nieto qui avait obtenu des succès notables contre les cartels de la drogue depuis son élection.

Après l’arrestation du chef du cartel de Sinaloa en février 2014, le président mexicain avait affirmé qu’une nouvelle évasion de Guzman serait «impardonnable».

«Comportement normal»

Les recherches se poursuivaient mercredi matin dans plusieurs Etats du pays pour retrouver le fugitif.

Les autorités ont par ailleurs prolongé la garde à vue de 22 personnes travaillant dans cette prison à haute sécurité, située à 90 kilomètres de Mexico, afin de déterminer si elles avaient pu aider le narcotrafiquant à s’échapper. Douze autres employés ont été relâchés.

La vidéo diffusée par le gouvernement mexicain montre d’abord «El Chapo» semblant uriner dans des toilettes à la turque, séparées de la douche par un muret, puis rejoindre son lit.

Il retourne ensuite vers la douche, avant de revenir vers son lit, puis de nouveau se dirige vers la douche où, bien qu’habillé, il s’accroupit une première fois derrière le muret.

Guzman s’asseoit ensuite sur son matelas, change de chaussures puis revient une dernière fois vers la douche où il s’accroupit de nouveau et disparaît pour ne plus réapparaître. Une serviette posée sur le muret tombe derrière lui.

Le responsable de la commission de sécurité nationale Monte Alejandro Rubido a estimé que le comportement de «El Chapo», juste avant sa fuite, n’avait rien d’anormal.

«C’est un comportement normal pour des prisonniers qui restent longuement dans un espace confiné», a indiqué Rubido.

Le gouvernement a également diffusé une vidéo de l’intérieur du tunnel où l’on distingue un système de rail sur lequel est fixé une moto équipée d’un bac en métal servant à transporter du matériel.

Les lampes éclairant ce tunnel, long de 1,5 kilomètre, ont été brisées par le fugitif et ses complices durant leur fuite pour compliquer la tâche de leurs poursuivants, a souligné Rubido.

On distingue aussi dans le tunnel des bouteilles d’oxygène et du matériel de construction. Sur d’autres images, filmées par une chaîne de télévision mexicaine, on aperçoit également un imposant générateur.

Dès que l’évasion a été constatée par les gardiens, l’alerte rouge a été déclenchée, interdisant les déplacements dans la prison, a indiqué Rubido. Environ 700 soldats ont été déployés le long de l’autoroute qui se trouve à proximité. L’aéroport de Toluca a été fermé et les vols suspendus.

Hier, le ministre de l’Intérieur Miguel Angel Osorio Chong avait indiqué que Guzman avait très certainement bénéficié de complicités internes.

Le directeur de la prison et deux autres responsables ont été limogés. On ignore cependant si ces responsables ont été libérés ou s’ils ont toujours en garde en vue.

Récompense de 3,8 millions de dollars

Le gouvernement mexicain va offrir une récompense de 3,8 millions de dollars pour la capture du chef du cartel de Sinaloa, qui contrôlait plus de 75 % du trafic de drogue vers les États-Unis avant son interpellation.

Le ministre de l’Intérieur mexicain Osorio Chong et l’ambassadeur américain Anthony Wayne ont annoncé mardi leur intention «de renforcer la coopération entre les deux pays pour retrouver «El Chapo»».

Les États-Unis avaient demandé l’extradition de Guzman après son arrestation en février 2014, mais le Mexique avait refusé, tenant à le juger sur place.

«El Chapo», diminutif de «chaparro» («courtaud»), allusion à sa taille de 1,64 mètre, s’était déjà évadé d’une prison de haute sécurité en 2001.

De nouveau en liberté, le puissant narcotrafiquant pourrait rétablir rapidement l’hégémonie de son cartel, aidé en cela par la chute de plusieurs autres chefs criminels durant son incarcération.

Laisser un commentaire