Share
Mexique: quand des citoyens kidnappent la mère d’un caïd

Mexique: quand des citoyens kidnappent la mère d’un caïd

Mexique: quand des citoyens kidnappent la mère d’un caïd
Summary:
Le gouvernement d'un État du sud du Mexique a été contraint de jouer le médiateur quand des citoyens enragés ont kidnappé la mère du chef d'une bande de malfaiteurs dont les hommes avaient enlevé un homme d'affaires de la région.

0%

Mexique: quand des citoyens kidnappent la mère d'un caïd

Des résidants exaspérés par les enlèvements, les demandes d’extorsion et les meurtres ont pris les armes pour kidnapper Mme de Almonte Sagado et une vingtaine de membres présumés de la bande criminelle. IMAGE NITOPITO VIDEOS/YOUTUBE


Le gouvernement d’un État du sud du Mexique a été contraint de jouer le médiateur quand des citoyens enragés ont kidnappé la mère du chef d’une bande de malfaiteurs dont les hommes avaient enlevé un homme d’affaires de la région.

Le gouvernement de l’État du Guerrero a envoyé des policiers récupérer Maria Felix de Almonte Sagado, la mère de Raybel Jacobo de Almonte, un criminel surnommé « El Tequilero », après que les résidants de la ville de Totolapan aient obtenu la libération de l’homme d’affaires Paz Duque en échange.

Des résidants exaspérés par les enlèvements, les demandes d’extorsion et les meurtres ont pris les armes pour kidnapper Mme de Almonte Sagado et une vingtaine de membres présumés de la bande criminelle. Ils ont ensuite mis en ligne une vidéo offrant de les libérer en retour de M. Duque, un ingénieur qui avait été enlevé la veille possiblement pour obtenir une rançon.

 

Des dizaines de résidants ont acclamé M. Duque quand il a été libéré mercredi soir, sur la place publique de la ville. Ils ont ensuite remis Mme de Almonte Sagado aux policiers, qui l’ont ensuite apparemment confiée aux criminels. L’échange a été filmé par des militants des droits de la personne du Guerrero.

Le gouvernement a publiquement nié avoir négocié avec le groupe, mais son implication est évidente. Il avait annoncé la semaine dernière que des centaines de policiers et soldats traquaient El Tequilero dans les collines voisines.

Les responsables demandent maintenant aux résidants de libérer les 20 autres membres présumés du groupe, en promettant qu’ils feront l’objet d’une enquête pour mettre fin au règne de terreur que la bande impose dans la région depuis plusieurs années. La bande des Tequileros est relativement petite et ne compte pas parmi les grands cartels mexicains.

Laisser un commentaire