Share
Mogadiscio: au moins 20 morts dans un attentat à la voiture-suicide

Mogadiscio: au moins 20 morts dans un attentat à la voiture-suicide

Mogadiscio: au moins 20 morts dans un attentat à la voiture-suicide
Summary:
Au moins 20 personnes ont été tuées dimanche matin par un kamikaze au volant d’une voiture piégée qui l’a fait exploser à un carrefour fréquenté de la capitale somalienne, Mogadiscio, ont annoncé à l’AFP des responsables locaux et des témoins. Un premier bilan avait fait état de 14 morts et 30 blessés.

0%

Mogadiscio: au moins 20 morts dans un attentat à la voiture-suicide

Au moins 20 personnes ont été tuées dimanche matin par un kamikaze au volant d’une voiture piégée qui l’a fait exploser à un carrefour fréquenté de la capitale somalienne, Mogadiscio, ont annoncé à l’AFP des responsables locaux et des témoins. Un premier bilan avait fait état de 14 morts et 30 blessés.

« Un kamikaze conduisant une voiture s’est fait exploser au milieu du marché, à une heure de grande fréquentation, tuant au moins 20 personnes et faisant de nombreux blessés », a déclaré Ahmed Abulle Afrah, le préfet de l’arrondissement de Wadajir, à Mogadiscio.

Selon des témoins, l’attentat a visé un carrefour très animé du quartier de Madina, dans le sud de la capitale, où se trouvaient de nombreux commerçants, des civils faisant leurs courses et des militaires de faction.

« Il y a beaucoup d’échoppes le long de la route, des petits commerces, des restaurants, des maisons de thé », a expliqué un témoin, Sumayo Moalim.

Cet attentat est le premier de cet ampleur à Mogadiscio depuis l’élection du nouveau président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, alias Farmajo, le 8 février. Deux enfants avaient été tués par des tirs de mortier jeudi, le jour de la passation de pouvoir entre Farmajo et son prédécesseur.

Ce type d’attentat est généralement attribué par les autorités aux militants islamistes shebab, chassés de la capitale en 2011, mais qui continuent de contrôler de vastes zones rurales.

Cette nouvelle attaque à Mogadiscio illustre les défis auxquels sera confronté le président Farmajo à la tête d’un Etat miné par ce genre d’attentats, dont l’autorité peine à s’exercer au-delà de Mogadiscio et soutenu à bout de bras par la communauté internationale et la force de l’Union africaine (Amisom), forte de 22.000 hommes.

Bien que largement défaits sur le terrain militaire, les shebab ont multiplié ces douze derniers mois des attaques coordonnées contre des bases de l’Amisom et contre l’embryon d’armée somalienne, et des attentats meurtriers jusque dans la capitale somalienne.

Fin janvier, au moins 28 personnes avaient été tuées et 43 blessées dans un double attentat à la voiture piégée contre un hôtel du centre de Mogadiscio, ensuite pris d’assaut par un commando shebab. AFP

Laisser un commentaire

*