Share
Iran-Israël: Nétanyahou voudrait discuter de l’Iran avec Trump

Iran-Israël: Nétanyahou voudrait discuter de l’Iran avec Trump

Iran-Israël: Nétanyahou voudrait discuter de l’Iran avec Trump
Summary:
Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé qu'il souhaitait discuter de l'Iran et de l'accord international sur le nucléaire avec le futur président des États-Unis Donald Trump, « soutien » d'Israël. « J'aimerais discuter avec le président » désigné Donald Trump de l'Iran, a affirmé le dirigeant israélien dans un extrait de l'émission 60 minutes qui sera diffusée dimanche soir sur CBS.

0%

Nétanyahou voudrait discuter de l'Iran avec Trump

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou (au centre) est un ferme opposant à l’accord conclu à Vienne en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances qui vise à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions économiques. PHOTO ABIR SULTAN, AP


Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé qu’il souhaitait discuter de l’Iran et de l’accord international sur le nucléaire avec le futur président des États-Unis Donald Trump, « soutien » d’Israël.

« J’aimerais discuter avec le président » désigné Donald Trump de l’Iran, a affirmé le dirigeant israélien dans un extrait de l’émission 60 minutes qui sera diffusée dimanche soir sur CBS.

« Je le connais très bien et son attitude, son soutien à Israël sont clairs », a ajouté M. Nétanyahou à propos du président désigné américain.

Si l’accord nucléaire est démantelé, « les options que nous avons sont plus nombreuses qu’on le pense. Beaucoup plus. Et j’en parlerai avec le président Trump », a déclaré le premier ministre israélien en évoquant « cinq » options, sans les détailler.

M. Trump a nommé à son cabinet plusieurs farouches adversaires de l’Iran, à commencer par le futur ministre de la Défense James Mattis et le futur directeur de la CIA, Mike Pompeo.

M. Nétanyahou est un ferme opposant à l’accord conclu à Vienne en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances qui vise à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions économiques.

Le président américain sortant, Barack Obama, a joué un rôle majeur dans sa conclusion, mais son successeur Donald Trump a promis lors de sa campagne de démanteler ce règlement international, qualifié de « pire accord jamais négocié ».

L’ensemble de la communauté internationale, y compris les plus farouches adversaires de l’Iran, comme Israël et l’Arabie saoudite, reconnait que Téhéran a jusqu’à présent respecté les termes de l’accord de Vienne. AFP

Laisser un commentaire

*