Share
Opération commando à Bahreïn: attaque contre une prison, des évadés et un policier tué

Opération commando à Bahreïn: attaque contre une prison, des évadés et un policier tué

Opération commando à Bahreïn: attaque contre une prison, des évadés et un policier tué
Summary:
Des hommes armés ont lancé dimanche une attaque contre une prison à Bahreïn et "plusieurs" détenus accusés dans des affaires "terroristes" ont pu s'évader alors qu'un policier a été tué, a annoncé le ministère bahreïni de l'Intérieur.

0%

Opération commando à Bahreïn: attaque contre une prison, des évadés et un policier tué

Des hommes armés ont lancé dimanche une attaque contre une prison à Bahreïn et « plusieurs » détenus accusés dans des affaires « terroristes » ont pu s’évader alors qu’un policier a été tué, a annoncé le ministère bahreïni de l’Intérieur.

Les forces de sécurité ont lancé une opération de ratissage pour rechercher et arrêter « les éléments terroristes impliqués » dans l’attaque et retrouver les prisonniers évadés, a ajouté le ministère sur son compte Twitter.

L’attaque a, selon le ministère, pris pour cible la prison centrale de Jau (sud) où de nombreux citoyens bahreïnis de confession chiite accusés d’être impliqués dans des violences sont détenus.

La police a aussitôt installé ou renforcé des points de contrôle aux abords des villages chiites autour de Manama, ont indiqué des témoins.

Le ministère n’a pas donné plus de détails sur le nombre des assaillants et leurs motivations, ni sur le nombre exact des évadés.

En juin dernier, 17 détenus s’étaient évadés d’une autre prison à Bahreïn, celle d’Al-Hadd, à l’est de Manama, et les autorités avaient ensuite annoncé avoir rapidement repris la majorité de ces évadés.

Bahreïn, petit pays du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et une meilleure prise en compte de ses intérêts.

Ces dernières années, des dizaines de personnes, dont des opposants, ont été jugées et condamnées à de lourdes peines de prison, et pour certains à la déchéance de leur nationalité, notamment pour violences ou critiques contre le pouvoir.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme se sont inquiétées récemment des poursuites contre des figures de l’opposition chiite.

Les autorités de Manama nient toute discrimination envers les chiites à Bahreïn et accusent régulièrement l’Iran de s’ingérer dans ses affaires et d’entretenir la violence dans le royaume. AFP

Laisser un commentaire

*