Share
Opération Mbata ya Mukolo : une ONG du Congo-Brazza demande pardon à Kinshasa

Opération Mbata ya Mukolo : une ONG du Congo-Brazza demande pardon à Kinshasa

Dans une lettre adressée aux institutions de la RD Congo, l’ONG » Génération Consciente Congolaise » précise que cette demande de pardon sera suivie d’une réparation pour des exactions perpétrées à l’endroit des RD Congolais

A travers son secrétaire général aperçu dans la ville de Kinshasa, précisément au Palais du peuple, siège du Parlement, l’ONG » Génération Consciente Congolaise » a déposé une lettre ayant pour objet » demande d’excuses « , aux différentes institutions de la République Démocratique du Congo. Dans cette correspondance, les responsables de cette association de la République du Congo reconnaissent, au nom de leurs compatriotes, avoir commis une grave erreur contre leurs semblables que sont les ressortissants de la République Démocratique du Congo.

Ils disent qu’ils éprouvent un réel plaisir à venir officiellement auprès de ces derniers solliciter une réconciliation. » En effet, suite aux dernières expulsions injustes des étrangers du Congo-Brazzaville dont vous êtes victimes, nos intimes relations se sont vues progressivement dégrader pour une cause que nous ne maîtrisons.

Nul n’ignore que ces mésaventures ont entraîné sans pitié des dégâts importants tant sur le plan moral, physique que matériel dans votre vie issue du roi Makoko et de son frère Ngaliema, nos deux ancêtres communs « , poursuit la correspondance.

Dans cet ordre d’idées, la » Génération Consciente Congolaise « , une organisation socio-humanitaire basée à Pointe-Noire, exprime la douleur qui la touche au même degré que leurs voisins du Congo/Kinshasa, dès le début de ces actes barbares et xénophobes dits » Mbata ya mokolo « , une opération menée en avril 2014 par la police dans toutes les villes principales du Congo/Brazzaville.

Recréer un climat de paix et de confiance

Et d’enchaîner : » Sur ce, veuillez comprendre qu’à l’instant, nous ne pouvions agir contre nos responsables politico-administratifs, parce que le Congo est tout un Etat, une nation libre de prendre des décisions pour son avenir. Mais, la justice naturelle nous oblige à privilégier les valeurs humaines au détriment de tous intérêts partisans.

D’où notre volonté ardente de vous approcher, après une année de division pour demander pardon en vue d’une réparation : nous devons redevenir comme avant car, notre mère Kimpa Vita sera très heureuse de nous revoir unis… «

En rapport avec cette démarche, entreprise par leurs compatriotes de la diaspora en France, les initiateurs de la correspondance estiment logique qu’ensemble les populations des deux Congo se tiennent main dans la main pour recréer un climat de paix et de confiance entre leurs pays car, rien n’est plus précieux que l’amour qui se traduit par plusieurs valeurs dont le pardon.

Pour conclure, la Génération Consciente Congolaise affirme que leur action engage toutes les générations originaires du Congo/Brazzaville, qui approuvent de l’hospitalité pour les étrangers en général, et pour les enfants africains en particulier.

Effectué hier mercredi 23 septembre à l’Assemblée nationale et au Sénat, le dépôt de la correspondance sera poursuivi à la présidence de la RD Congo, à la primature, au ministère des Affaires étrangères, aux représentations diplomatiques, aux responsables religieux, des ONG et des médias, sans oublier les chefs coutumiers.

Elle est signée par Jean Benoit Dzaba et Amedé De l’eau Loemba, respectivement président et secrétaire général de la Génération Consciente Congolaise.

Par Marcel Tshishiku/La Tempête des tropiques

Laisser un commentaire