Share
Ouganda : présidentielle accompagnée avec des sacrifices humains. Différents cas de sacrifice et de mutilation d’enfants ont été signalés

Ouganda : présidentielle accompagnée avec des sacrifices humains. Différents cas de sacrifice et de mutilation d’enfants ont été signalés


Qui peut sacrifier des enfants pour être élu? Six cas de mutilation et d’assassinat d’enfants en signe de sacrifices pouvant porter la « bonne chance » auraient été signalés au cours des dernières élections ougandaises.

« Les cas de sacrifices d’enfants sont fréquents pendant la période électorale puisque certaines personnes croient que les sacrifices de sang apportent richesse et pouvoir », a déclaré Shelin Kasozi des Kyampisi Childcare Ministries (KCM), un organisme de bienfaisance qui se soucie des enfants survivants aux sacrifices.

Mme Kasozi a déclaré que les cas de sacrifice ont été signalés d’octobre à février, dans les districts de Sembabule, Mukono, Buikwe et Mubende, dans le centre de l’Ouganda. « Les suspects ont été appréhendés mais les cas devraient encore être portés devant le tribunal » a-t-elle dit.

Le président Yoweri Museveni a remporté en février, à l’issue d’un vote critiqué par les Etats-Unis et l’Union européenne, l’élection présidentielle, étendant ainsi son règne de 30 ans.

Les ougandais ont également voté aux élections municipales et législatives. Le coordinateur du groupe de travail anti-traite au ministère de l’Intérieur, Moses Binoga, a affirmé que des enfants avaient été portés disparus durant la période électorale. Mais il n’a pas pu confirmer les rapports des KCM.

Il a précisé que 7 cas de sacrifices d’enfants et 6 cas concernant des adultes ont été signalés dans le pays en 2015, alors que 9 cas de sacrifice d’enfants et 4 cas pour des adultes avaient été déclarés en 2014.

Binoga a dit que les corps mutilés des enfants et des adultes avaient été retrouvés, certains avec des cœurs ou des foies déchirés et gisant par terre. Dans deux autres cas rapportés l’année dernière, la tête des victimes avait été portée disparue.

Dans une affaire de 2012, Hanifa Namuyanja, agée de 82 ans avait été condamnée à 15 ans de prison pour avoir pris part au sacrifice de sa petite-fille, Shamim Nalwoga. La police a retrouvé le corps de la jeune fille avec sa langue et les yeux découpés et les organes génitaux mutilés.

L’Organisation des Nations Unies a déclaré l’année dernière que les attaques contre les albinos en Afrique étaient à la hausse. Ce phénomène serait lié à une demande croissante des candidats à la course aux élections dans plusieurs pays africains qui  rechercheraient des parties du corps précieux pour la magie noire. Arte News

Laisser un commentaire