Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Jean Sarkozy, le même, mais différent ?




Jean Sarkozy, le même, mais différent?


Jean et Nicolas Sarkozy, les ressemblances dans leur gestuelle













Jean et Nicolas Sarkozy, les ressemblances dans leur gestuelle/SIPA


DECRYPTAGE - Le parcours du candidat à la tête de l'Epad a un air de «déjà vu»...

Tel père, tel fils? Dès son premier passage télévisé, la ressemblance entre Jean Sarkozy et son père saute aux yeux, au point d'agacer le principal intéressé. Outre les similitudes physiques, c'est son ascension supersonique qui rappelle le parcours politique de son père. Décryptage des ressemblances et différences ente le père et le fils.
 
Un parcours: A 23 ans, Jean Sarkozy est pressenti pour prendre la tête de l'Epad, une fonction occupée par son père d'avril 2005 à janvier 2007. Depuis moins de deux ans, le fils cadet du chef de l'Etat, poursuit une ascension fulgurante dans le département de son père, les Hauts-de-Seine. A 21 ans, il est devenu le plus jeune conseiller général de France. Un parcours qui n'est pas sans rappeler celui de son père, maire de Neuilly à 28 ans. Pourtant, Jean Sarkozy se défend de marcher sur les traces de son père, et fait de son nom un handicap: «Le fait de m’appeler Sarkozy rend les choses plus difficiles, comme le prouvent les violentes attaques personnelles dont je fais l’objet depuis le début», a-t-il déclaré lundi.

 
Un discours: Les interventions de Jean Sarkozy dans les médias ne sont pas non plus sans rappeler celles de son père. Le ton employé, la manière de poser les problèmes, la rhétorique utilisée, sont autant d'héritage paternel. «Jean Sarkozy a, comme son père, cette manière d'invoquer le bon sens avec des phrases telles "est-ce que vous trouvez ça normal que…"», explique François Jost*, professeur des sciences de l'information à Paris III. Si le spécialiste de la communication politique l'estime «plus prometteur que son père», il souligne cette «ambition assumée», partagée par les deux hommes.

Des «mimiques»: «La gestuelle est retenue. On sent bien que Jean Sarkozy ne maîtrise pas encore la relation avec la caméra» explique Joseph Messinger, auteur de La Sarko-attitude: les gestes qui le trahissent. Mais pour le spécialiste de la gestuelle, celle de Jean Sarkozy «ne ressemble pas du tout à celle de son père. Elle est plus sobre». Il souligne néanmoins un tic révélateur: «il se mord systématiquement la lèvre inférieure. Il faut savoir que la lèvre inférieure est le siège symbolique de l’avidité en langage gestuel. Il est donc beaucoup moins modeste dans ses ambitions que son discours ne tend à le montrer», ajoute-t-il.

Un look: «C'est le point fort de Jean Sarkozy, et il est plus réactif que son père sur le sujet», confie François Jost. L'expert en communication politique souligne la métamorphose de Jean Sarkozy dans les trois jours qui ont suivi la polémique autour de sa candidature à la tête de l'Epad. Le fils cadet du président a complètement «laissé tomber son look de playboy pour celui de type sérieux en se coupant les cheveux et en mettant des lunettes», analyse François Jost. Un souci de l'apparence partagé par Nicolas Sarkozy, dont le look Ray Ban/Rolex n'a pas fait l'unanimité.


Le style Sarkozy en image


 
Un physique: Qui dit look, dit condition physique. Sur ce point, le fiston a vite mis ses pas dans les foulées de son père en y ajoutant, toutefois, une petite touche personnelle. À Seignosse, où s'est tenu le campus des jeunes de l’UMP, Jean Sarkozy a fait une apparition remarquée. Non pas en faisant un malaise vagal, mais en tombant le tee-shirt lors d'un jogging avec une poignée de sympathisants de l’UMP.