Share
Panama Papers – « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » et ses actions chez Vodacom RDC

Panama Papers – « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » et ses actions chez Vodacom RDC

Panama Papers – « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » et ses actions chez Vodacom RDC
Summary:
« Jaynet Désiré Kabila Kyungu », est la « soeur jumelle » de Joseph Kabila, un membre du parlement et présidente du « conseil des sages » de l’Assemblée Nationale de la RDC. Les documents montrent qu’elle a une participation indirecte dans les opérations de Vodacom Group Ltd en RDC, mettant en lumière la richesse accumulée par sa famille depuis 2001.

0%

Panama Papers – « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » Et Ses Actions Chez Vodacom RDC

« Jaynet Désiré Kabila Kyungu », est la « soeur jumelle » de Joseph Kabila, un membre du parlement et présidente du « conseil des sages » de l’Assemblée Nationale de la RDC. Les documents montrent qu’elle a une participation indirecte dans les opérations de Vodacom Group Ltd en RDC, mettant en lumière la richesse accumulée par sa famille depuis 2001.

« Jaynet Désiré Kabila Kyungu » détient la moitié de Keratsu Holding SA, une société avec une participation indirecte de 9,6% dans Vodacom Congo Sprl, selon les statuts de la société en date du Décembre 2011 et obtenus par Bloomberg à partir du Registre des entreprises de l’Etat du Pacifique Sud de Niue. Deux personnes ayant une connaissance de Vodacom Congo ont confirmé ses actions, nous ne pouvons pas les identifier parce que ses actions ne sont pas  dans la connaissance du public.

Les actions de « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » dans le plus grand opérateur de téléphonie mobile en RDC fournit un indice du réseau des intérêts économiques que les politiciens de l’opposition disent que la famille de Kabila a accumulé depuis 1997 ou plutôt 2001? Joseph Kabila est interdit par la constitution de briguer un troisième mandat. Les leaders de l’opposition disent qu’il retarde les élections prévues en Novembre pour se maintenir au pouvoir par la force.

«Les membres de la famille de Kabila ont accumulé des richesses énormes, y compris des participations dans des sociétés dans des paradis fiscaux à l’étranger, » a déclaré par téléphone à partir de Kinshasa Martin Fayulu, un des principaux opposants et un député national. «Nous avons besoin d’une enquête urgente et nous devons exiger le rapatriement de ces sommes au Congo. »

Panama Papers

« Jaynet Désiré Kabila Kyungu » n’était pas disponible à son bureau de Kinshasa lorsque Bloomberg a sollicité les commentaires pendant les heures ouvrables. Lorsqu’on lui a demandé des commentaires, le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende dit que la question était une affaire privée sans lien avec le gouvernement. Steve Shepperson-Smith, un porte-parole de Vodafone Plc, qui détient 65% de Vodacom Group, a refusé de commenter. La PDG de Vodacom Congo Murielle Lorilloux a déclaré par téléphone l’entreprise va analyser ces informations au niveau du groupe avant de répondre.

«Nous avons besoin d’étudier le contenu des documents de Panama et nous le donnons toute notre attention, » a déclaré Byron Kennedy, porte-parole de Vodacom, dans une réponse par courrier électronique à nos questions.

« Rare aperçu »

Le 3 Avril dernier, le Consortium International des Journalistes d’Investigation, a publié séparément deux documents divulgués depuis le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, identifiant « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » en tant que directeur de Keratsu. L’un est une copie des e-mails de 2001 et l’autre est un e-mail en fichier texte non daté qui semble être écrit après 2013.

« Les actions de Jaynet Kabila dans Vodacom offre un rare aperçu de ce que nous supposons est un réseau vaste et diversifié d’actifs appartenant à la famille du président, » a déclaré Jason Stearns dans une réponse par e-mail aux questions, il est chercheur principal au Center on International Cooperationbasé à l’Université de New York. Stearns est l’auteur d’un livre sur le Congo intitulé “Dancing in the Glory of Monsters: The Collapse of the Congo and the Great War of Africa.”

Le Consortium International des Journalistes d’Investigation a dit avoir divulgué 11,5 millions d’enregistrements décrivant la création de plus de 200.000 sociétés écrans liées à Mossack Fonseca. Le cache comprend les sociétés offshore liées à 12 leaders mondiaux actuels et anciens, ainsi que les opérations financières cachées par au moins 128 politiciens et fonctionnaires.

«Actes illégaux»

Dans un communiqué, Mossack Fonseca a déclaré qu’il « ne favorise pas et ne fait pas la promotion des actes illégaux» et que les allégations du Consortium International des Journalistes d’Investigation qu’il fournit aux actionnaires des structures « prétendument destinées à cacher l’identité des véritables propriétaires c’est faux et archi faux. » Jurgen Mossack, le cofondateur de Mossack Fonseca a déclaré dans une interview lundi l’entreprise avait été piraté et que ses clients avaient été notifiés.

Utilisation de sociétés fictives peut être, et est souvent, légale et légitime.

Keratsu de « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » détient les actions de Vodacom Congo à travers ses 19,6% de participation indirecte dans Congolese Wireless Network Sprl, selon les documents de l’entreprise. CWN détient 49% de Vodacom Congo. La participation de Keratsu équivaut à 4,8% dans Vodacom Congo pour le compte de Kabila. Vodacom Congo a été créé moins de six mois après la création de Keratsu à Niue en Juin de 2001.

Vodacom Group, basé en Afrique du Sud, détient 51% de Vodacom Congo. Le nombre d’abonnés a augmenté de 14% à 11,9 millions dans l’année à Juin 2015.

«Droit au travail»

Lorsque questionné le lundi à propos de la participation de « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » dans Keratsu, le co-directeur Feruzi Kalume Nyembwe a répondu:

«Chaque personne a le droit de créer une entreprise et de travailler. Sinon, nous aurions à laisser les grandes multinationales avoir les entreprises au Congo. Elles seraient les seules et ça serait intolérable. » Kalume Nyembwe a refusé de confirmer si « Jaynet Désiré Kabila Kyungu » était un actionnaire de Keratsu.

« Jaynet Désiré Kabila Kyungu » a été « élu » au Parlement en 2011. Elle dirige également la fondation Laurent Désiré Kabila. Les statuts de Keratsu n’utilisent pas le nom qu’elle utilise en public Jaynet Kabila mais J. Ursula Kyungu, un nom qu’elle utilise dans d’autres dossiers de l’entreprise. Sa date de naissance dans les documents correspond à celle de son « frère ».

Le président de Vodacom Peter Moyo, dans une interview en Novembre avec Bloomberg, a déclaré qu’il ne savait que CWN et ses filiales étaient actionnaires, et ne savait pas que des individus avaient des actions dans ces sociétés. « CWN a beaucoup d’autres actionnaires », a déclaré Moyo. « Certains actionnaires sont américains, certains actionnaires sont congolais. »

Interrogé directement si Jaynet Kabila était un actionnaire, le président de Vodacom Peter Moyo a répondu: « Nos actionnaires sont CWN et Vodacom International. » Moyo n’a pas répondu à un appel et un message texte lundi.

MICHAEL J. KAVANAGH, TOM WILSON/FRANZ WILD/BLOOMBERG/BENTLEY LUMUMBA/LC

Laisser un commentaire