Share
Paul Horner, l’homme qui aurait favorisé  l’élection de Trump avec ses “fake news” est mort

Paul Horner, l’homme qui aurait favorisé l’élection de Trump avec ses “fake news” est mort

Son nom ne vous dit peut-être rien mais ce serait entre autres à cause de lui que Donald Trump est aujourd’hui à la Maison Blanche. Paul Horner, 38 ans, a été retrouvé mort dans son lit le 18 septembre dernier, annonce CBS News.
“Mes sites étaient en permanence consultés par des supporters de Trump.

Paul Horner, l’homme qui aurait favorisé l’élection de Trump avec ses “fake news” est mort
Summary:
Son nom ne vous dit peut-être rien mais ce serait entre autres à cause de lui que Donald Trump est aujourd'hui à la Maison Blanche. Paul Horner, 38 ans, a été retrouvé mort dans son lit le 18 septembre dernier, annonce CBS News. "Mes sites étaient en permanence consultés par des supporters de Trump.

0%

Paul Horner, l'homme qui aurait favorisé l'élection de Trump avec ses "fake news" est mort

User Rating: 0 (0 votes)

Son nom ne vous dit peut-être rien mais ce serait entre autres à cause de lui que Donald Trump est aujourd’hui à la Maison Blanche. Paul Horner, 38 ans, a été retrouvé mort dans son lit le 18 septembre dernier, annonce CBS News.

“Mes sites étaient en permanence consultés par des supporters de Trump.Je pense qu’il est à la Maison Blanche à cause de moi”, avait expliqué Paul Horner peu de temps après la victoire du républicain. Lui aussi fut, comme tout le monde, surpris par le résultat de la présidentielle américaine. “Jamais je n’aurais cru possible qu’il soit élu. Je pensais juste semer le désordre  dans la campagne. Je déteste Trump”, avouait-il alors au Washington Post.

Paul Horner fabriquait ce que l’on appelle communémement aujourd’hui des “fake news”, un terme d’ailleurs cher à Donald Trump himself. Pendant plusieurs années, il a écrit des faux articles, publiés sur des sites ressemblant à s’y méprendre aux plateformes des médias officiels. Partagées de façon exponentielle, ces infos complètement bidon étaient parfois prises au premier degré par les internautes.

Ces canulars auraient selon lui davantage favorisé Trump que Clinton car les électeurs républicains “ne vérifient rien et croient en n’importe quoi.” Eric Trump, le fils du président, et Corey Lewandowski, son ancien directeur de campagne, étaient d’ailleurs tombés dans le panneau en tweetant une histoire inventée de toute pièce par Paul Horner.

Il serait mort d’une overdose

Horner s’est alors mis à publier des informations susceptibles d’intéresser l’électorat conservateur, de nombreux articles anti-musulmans notamment. Une logique purement économique pour celui qui se considérait comme un artiste provocateur, chaque clic lui rapportant de l’argent grâce aux revenus de la publicité présente sur ses faux sites. L’homme affirmait avoir gagné entre 5 et 10.000 dollars par mois – et jusqu’à 18.000 dollars par mois durant la campagne – grâce à Adsense, la régie publicitaire de Google.

Le 18 septembre, Paul Horner a été retrouvé mort dans son lit à son domicile, dans la banlieue de Phoenix (Arizona), ont confirmé les autorités à la presse. La police écarte la thèse d’un acte criminel. L’homme, accro aux médicaments, aurait succombé à une overdose. Une piste que l’autopsie doit encore confirmer. Avec CBS

Laisser un commentaire