Share
PLUS DE 500 ÉCOLES ATTAQUÉES DANS LE MONDE EN SIX MOIS, DÉNONCE L’ONU

PLUS DE 500 ÉCOLES ATTAQUÉES DANS LE MONDE EN SIX MOIS, DÉNONCE L’ONU

Plus de 500 écoles ont été attaquées dans le monde en seulement six mois dans des pays en conflit, a dénoncé vendredi devant le Conseil de sécurité Virginia Gamba, haut responsable à l’ONU chargée des enfants.

PLUS DE 500 ÉCOLES ATTAQUÉES DANS LE MONDE EN SIX MOIS, DÉNONCE L’ONU
Summary:
Plus de 500 écoles ont été attaquées dans le monde en seulement six mois dans des pays en conflit, a dénoncé vendredi devant le Conseil de sécurité Virginia Gamba, haut responsable à l'ONU chargée des enfants.

0%

PLUS DE 500 ÉCOLES ATTAQUÉES DANS LE MONDE EN SIX MOIS, DÉNONCE L'ONU

User Rating: 0 (0 votes)
Des écoliers dans une salle de classe à Kinshasa, le 7 septembre 2016, en RDC | AFP/Archives | JUNIOR KANNAH


Plus de 500 écoles ont été attaquées dans le monde en seulement six mois dans des pays en conflit, a dénoncé vendredi devant le Conseil de sécurité Virginia Gamba, haut responsable à l’ONU chargée des enfants.

“Au cours des six derniers mois, plus de 500 écoles ont été attaquées, ce qui veut dire que le chiffre” de 2016 – 753 attaques recensées contre des écoles et des hôpitaux dans vingt pays – “risque d’être dépassé à la fin de l’année”, a-t-elle souligné.

Il y a une semaine, Virginia Gamba avait estimé que “les enfants étaient devenus le carburant des conflits armés modernes”, en présentant le rapport annuel de l’ONU sur les enfants et les conflits armés.

Entre avril et juin, 174 écoles ont été la cible d’attaques en République démocratique du Congo, la plupart dans la région du Kasaï, a précisé la responsable. Des écoles ont été utilisées à des fins militaires, par des forces gouvernementales comme par des forces rebelles, dans la majorité des conflits secouant des pays, a-t-elle ajouté.

Lors d’un témoignage émouvant devant le Conseil de sécurité, Joy Bishara, l’une des jeunes filles de Chibok enlevées en 2014 au Nigeria par le groupe jihadiste Boko Haram et qui a réussi à s’évader, a imploré les gouvernements “de protéger les écoles”.

“Les gouvernements doivent protéger les écoles pour que les élèves puissent étudier et changer le monde”, a-t-elle dit, en racontant son expérience. “Si les écoles ne sont pas protégées, on va perdre des générations. Si on n’est pas protégé, si on ne peut pas étudier, tous ces rêves, ces espoirs disparaissent et cela nuit à l’avenir des pays”, a-t-elle insisté.

Réfugiée aux Etats-Unis, Joy Bishara veut devenir médecin.

Laisser un commentaire