Share
Pourquoi avoir recours à la césarienne, cette intervention profite-elle à ceux qui la pratique ?

Pourquoi avoir recours à la césarienne, cette intervention profite-elle à ceux qui la pratique ?

Au cours des dernières années, l’accouchement par césarienne a grimpé en flèche aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que rien ne montre que l’accouchement par césarienne a un effet bénéfique lorsqu’il n’est pas nécessaire.

Comme toute intervention chirurgicale, la césarienne comporte des risques à court et à long termes pouvant affecter la santé de la femme et de son enfant ainsi que les grossesses ultérieures.

Le Brésil, où 56 % des accouchements sont faits par césarienne, a d’ailleurs introduit de nouvelles mesures pour éviter le recours inutile à la chirurgie.

En contrepartie, ces interventions n’ont lieu que dans 2 % des cas dans des pays tels que le Niger, le Tchad, l’Ethiopie ou le Burkina Faso, où les femmes ont un accès limité à des soins obstétricaux complets.

Multiples raisons

Selon l’OMS, de multiples raisons expliquent le fait que les mères choisissent de procréer sans passer par l’accouchement naturel.

Chaque année, des milliers de femmes meurent en donnant la vie et de nombreux spécialistes de la santé affirment que la césarienne, lorsqu’elle est médicalement justifiée, peut prévenir de manière efficace la mortalité et la morbidité maternelles et périnatales.

Pour docteur Marleen Temmerman, directrice du département des soins de santé périnataux de l’OMS, le souci de l’image et de l’apparence du corps féminin est également un facteur qui contribue à utiliser cette procédure.

BBC

Observation de Roger BONGOS

D’après une enquête menée à l’hôpital Robert Ballanger à Sevran Beaudotte en France par Roger BONGOS en 2011, le chef d’un département qui requiert l’anonymat disait, que cette pratique ( intervention) bénéficiait au chirurgien qui la proposait aux patients avec insistance, évoquant par ailleurs, les risques encourus pour la maman ou le bébé, In fine, de choisir cette option souvent contestée par les autres médecins du service.

Effectivement, il y a des cas où, cette intervention est recommandée et souhaitée pour la vie de la mère et de sa progéniture. Mais elle ne doit en aucun cas, être systématique au regard ce qui se passe actuellement dans la plupart des hôpitaux en France…

Bénéficie net pour le médecin après son intervention, tournerait au alentours de  1500 à 1800 euro par intervention…

Est ce que, c’est pour réguler les naissances des étrangers en France, la question reste ouverte ?

Laisser un commentaire