Share
Provocation et intimidation: coups de semonce d’un navire américain contre un vaisseau iranien

Provocation et intimidation: coups de semonce d’un navire américain contre un vaisseau iranien

Un patrouilleur de la marine américaine a tiré mardi des coups de semonce contre un vaisseau iranien du corps des Gardiens de la révolution islamique, après que ce dernier s’est approché à moins de 140 mètres, a indiqué un responsable américain de la Défense.

Provocation et intimidation: coups de semonce d’un navire américain contre un vaisseau iranien
Summary:
Un patrouilleur de la marine américaine a tiré mardi des coups de semonce contre un vaisseau iranien du corps des Gardiens de la révolution islamique, après que ce dernier s'est approché à moins de 140 mètres, a indiqué un responsable américain de la Défense.

0%

Provocation et intimidation: coups de semonce d'un navire américain contre un vaisseau iranien

User Rating: 0 (0 votes)

Un patrouilleur de la marine américaine a tiré mardi des coups de semonce contre un vaisseau iranien du corps des Gardiens de la révolution islamique, après que ce dernier s’est approché à moins de 140 mètres, a indiqué un responsable américain de la Défense.

«Le bateau de la marine iranienne s’approchait à grande vitesse. Il ne répondait pas aux signaux ou aux appels, le patrouilleur n’a pas eu d’autre choix que de tirer des coups de semonce», a précisé à l’AFP ce responsable, sous couvert d’anonymat.

L’incident a eu lieu à 3h00 heures locales (20h00 lundi à Montréal), dans le nord du golf Persique.

Après les coups de semonce, le navire iranien s’est arrêté, et le patrouilleur américain, l’USS Thunderbolt, a repris sa route.

Cet épisode n’est que le dernier d’une série d’accrochages entre bateaux américains et vaisseaux iraniens.

En janvier, le destroyer USS Mahan avait tiré une fusée éclairante, en signe d’avertissement, à un bateau des Gardiens de la révolution iranienne qui s’approchait de lui.

Les Gardiens de la révolution sont une arme d’élite du régime iranien, créée en 1979 par l’Ayatollah Khomeini.

Laisser un commentaire