Share
Publifin: Investissement au Nord-Kivu « projet de barrage » d’une filiale de Nethys: « Erroné de parler d’argent public »

Publifin: Investissement au Nord-Kivu « projet de barrage » d’une filiale de Nethys: « Erroné de parler d’argent public »

Publifin: Investissement au Nord-Kivu « projet de barrage » d’une filiale de Nethys: « Erroné de parler d’argent public »
Summary:
L'investissement réalisé dans un projet de barrage dans la province congolaise du Nord-Kivu par une filiale de Nethys, en l'occurrence la société Elicio, ne provient pas d'argent public, a réagi samedi la société Nethys, filiale opérationnelle de Publifin (ex-Tecteo), à la suite d'un article de presse.

0%

Publifin: Investissement au Nord-Kivu "projet de barrage" d'une filiale de Nethys: "Erroné de parler d'argent public"

L’investissement réalisé dans un projet de barrage dans la province congolaise du Nord-Kivu par une filiale de Nethys, en l’occurrence la société Elicio, ne provient pas d’argent public, a réagi samedi la société Nethys, filiale opérationnelle de Publifin (ex-Tecteo), à la suite d’un article de presse.

Les journaux du groupe Sudpresse écrivaient samedi que la filiale de Nethys, Elicio, mélange argent public et privé au sein d’une nouvelle société investissant 1,3 million d’euros dans un projet de barrage hydro-électrique au Nord-Kivu.

Le capital de cette société, portant le nom de « SA Électricité du bassin de Ivugha », est réparti en quatre parts égales détenues par la société Elicio, par Stéphane Moreau, administrateur-délégué de Nethys, par Marc Beyens, bras droit de Stéphane Moreau, et par la « Société civile familiale M3 », fondée par Pierre Meyers, administrateur chez Nethys, et ses deux fils, poursuit Sudpresse.

Dans une réaction samedi, la société Nethys dément toutefois tout mélange d’argent public et privé. Elle rappelle l’historique du projet, qui remonte à une mission économique organisée en RDC, en 2015, par l’Awex sous la conduite du ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt.

A cette occasion, différents contacts avaient eu lieu avec des partenaires locaux, dont la société industrielle STS, composée de Belges, et active au Congo depuis plus de 20 ans. Cette société STS a lancé un projet de mini-barrage au Nord Kivu et cherchait, dans ce cadre, un partenaire belge. « Elicio pourtant intéressée par le Congo n’a pas souhaité porter ce projet, vu les caractéristiques particulières de cette province », précise Nethys.

Mais, explique Nethys, l’industriel Pierre Meyers, dans la mesure où il croyait à ce projet, a proposé de constituer un petit groupe d’investisseurs privés prêts à prendre le risque industriel. « Une société de droit belge, tout à fait transparente, au capital de 800.000 euros a été constituée, présidée par monsieur Pierre Meyers et dont monsieur Moreau n’est d’ailleurs pas administrateur.

Elicio a demandé à pouvoir entrer dans le capital à hauteur de 200.000 euros, se réservant ainsi un poste d’observation, en cas de développements futurs qui l’intéresseraient dans d’autres régions du Congo », détaille Nethys, tout en ajoutant qu' »il est donc erroné de parler ici d’argent public, car Elicio vit de la production d’électricité au même titre, par exemple, qu’EDF Luminus (dont Nethys est un important actionnaire) ou qu’ Engie Electrabel. »

Elicio, qui est par ailleurs déjà présente au Kenya, dans un projet de 120 millions d’euros, conjointement avec la Banque mondiale, « est une société industrielle agissant en Belgique et à l’étranger au même titre que, notamment, la FN ou la Sonaca, toutes deux également détenues par des capitaux publics. Que le détenteur des capitaux publics soit la SRIW ou Nethys ne change rien à la stratégie industrielle. Il faut souligner que les partenariats public-privés sont légions en Wallonie à travers de multiples entreprises participées par la SRIW ou les invests sous-régionaux », souligne encore Nethys dans sa réaction.

Nethys précise enfin qu’Elicio est une société anonyme de droit privé et que ni Stéphane Moreau ni Pierre Meyers ne sont membres du conseil d’administration de cette filiale de Nethys. « De surcroît, même si c’était le cas, pour qu’il y ait conflit d’intérêts, les dispositions applicables du Code des Sociétés visent uniquement l’hypothèse éventuelle d’un intérêt opposé de nature patrimoniale, ce qui ne correspond aucunement à l’opération en question, puisque tous les partenaires ont un intérêt commun de développement », conclut Nethys. (Source Belga)

Laisser un commentaire

*