Share
RCA: Dialoguer avec les groupes armés pour sortir de la crise (Président centrafricain)

RCA: Dialoguer avec les groupes armés pour sortir de la crise (Président centrafricain)

Touadéra s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans la capitale centrafricaine.

RCA: Dialoguer avec les groupes armés pour sortir de la crise (Président centrafricain)
Summary:
Touadéra s'exprimait lors d'une conférence de presse tenue conjointement avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres dans la capitale centrafricaine.

0%

RCA: Dialoguer avec les groupes armés pour sortir de la crise (Président centrafricain)

User Rating: 0 (0 votes)

Touadéra s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans la capitale centrafricaine.

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, a indiqué jeudi à Bangui, que le dialogue avec les groupes armés est au “centre” de la stratégie de sortie de crise pour la Centrafrique qui a renoué, depuis quelques mois, avec les violences meurtrières.

Touadéra s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans la capitale centrafricaine.

Les deux hommes se sont adressés à la presse après une réunion de travail, à la Présidence, consacré au programme de “Désarmement, démobilisation et réinsertion” (DDR) lancé par le gouvernement et soutenu par l’ONU, et dont un projet pilote a débuté en aout dernier, a appris Anadolu de source officielle centrafricaine.

Le patron de l’ONU, qui a entamé mardi une visite officielle de quatre jours en Centrafrique, a pour sa part appelé les groupes armés à “accepter de participer à la vie politique du pays”.

-Le DDR et les réalités du terrain

Plus de 500 ex-combattants participent au programme DDR (Démobilisation, désarmement, réinsertion) qui a démarré le 30 aout dernier.

D’après une source sécuritaire centrafricaine, “ce programme visent à réinsérer les ex-combattants dans la vie civile et militaire”. Il a pour objectif de désarmer la dizaine de groupes qui contrôlent la plupart du territoire centrafricain qui abrite quelque 4,5 millions d’habitants.

Les participants au programme bénéficient de formations dans différents domaines (agriculture, pastoralisme, formations civiques, activités économiques, etc) ainsi que d’une formation militaire permettant à la moitié de ces ex-combattants de rejoindre les rangs de l’armée centrafricaine, selon la même source.

Mais sur le terrain, le projet reste difficile à appliquer, preuve en est les attaques de ces derniers mois qui ont coûté la vie à des centaines de civils dans différentes parties du pays, notamment dans le sud-est et le nord-ouest.

Arrivé mardi, pour sa première visite d’une opération de maintien de la paix de l’ONU depuis sa prise de fonctions en janvier, Guterres a plaidé à maintes reprises pour un renforcement de 900 Casques bleus de la mission de l’ONU dans le pays (Minusca), forte de quelque 12.500 hommes, afin de faire face à la recrudescence des violences.

Cette demande nécessite toutefois d’être actée par le Conseil de sécurité. Le mandat de la mission onusienne sera renouvelé en novembre prochain.

Laisser un commentaire