Share
RCA: Un nouveau Plan de réponse humanitaire de près de 400 millions USD

RCA: Un nouveau Plan de réponse humanitaire de près de 400 millions USD

RCA: Un nouveau Plan de réponse humanitaire de près de 400 millions USD
Summary:
Un précédent Plan de réponse humanitaire de 531,5 millions de dollars n’avait été financé qu’à hauteur de 36,2% en décembre 2016, dans ce pays fraîchement sorti d'une grave crise politqiue et sécuritaire.

0%

RCA: Un nouveau Plan de réponse humanitaire de près de 400 millions USD

Un précédent Plan de réponse humanitaire de 531,5 millions de dollars n’avait été financé qu’à hauteur de 36,2% en décembre 2016, dans ce pays fraîchement sorti d’une grave crise politqiue et sécuritaire.

Un plan de réponse humanitaire de 399,5 millions USD a été lancé, vendredi, en Centrafrique, a rapporté le correspondant d’Anadolu.

Ce plan a été présenté à Bangui, en présence de la ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Virginie Mbaïkoua, du Coordonnateur humanitaire intérimaire, Michel Konan Yao et du chef de la Mission onusienne en RCA (Minusca), Parfait Onanga Anyanga.

Il vise à sauver les vies des populations affectées par des chocs, en leur garantissant l’accès à une assistance d’urgence, en assurant leur survie et en préservant leur sécurité et leur dignité, à faire respecter les droits fondamentaux et à préserver la dignité humaine en facilitant l’accès à des services sociaux de base.

Le Plan de réponse humanitaire 2017-2019 fait ainsi la part belle à la sécurité alimentaire lui réservant une enveloppe de 128,5 millions USD, au moment où l’inquiétude plane au niveau du Programme alimentaire mondiale (PAM) qui rencontre des difficultés pour financer son action en Centrafrique. « Si rien n’est fait, d’ici à la fin du mois de janvier 2017, le PAM ne sera plus en mesure d’apporter cette assistance alimentaire sur laquelle comptent 890 000 personnes en RCA », a mis en garde le Coordonnateur humanitaire.

Un précédent Plan de réponse humanitaire de 531,5 millions de dollars n’avait été financé, a-t-il informé, qu’à hauteur de 36,2% en décembre 2016.

La Ministre centrafricaine des Affaires sociales, Virginie Mbaïkoua s’est, toutefois, montrée optimiste malgré cette décrue du financement de l’aide humanitaire, en raison de la persistance des violences. « Nous devons, sans relâche, mobiliser les bailleurs pour que ce Plan de réponse humanitaire soit financé dans une proportion qui puisse nous permettre de continuer à sauver des vies, à augmenter la capacité de résilience de nos populations en détresse, et progressivement à passer de l’état humanitaire vers le relèvement », a-t-elle préconisé.

Revenant sur les difficultés rencontrées par les équipes d’assistance humanitaire, le coordonnateur humanitaire a fait remarquer : « Cette situation défie nos efforts de protection des civils dans plusieurs localités devenues totalement inaccessibles du fait de l’insécurité ; des hommes armés s’étant arrogé le droit de contrôler des axes stratégiques et des portions entières du territoire centrafricain. Cette inaccessibilité est exacerbée par la détérioration des infrastructures routières, souvent impraticables pendant la saison pluvieuse.

Sept acteurs humanitaires ont été tués en plein exercice de leur fonction en RCA et 336 attaques ont été perpétrées contre des humanitaires.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, Parfait Onanga Anyanga, lui, a affirmé : « Nous devons beaucoup travailler à ce que la crise centrafricaine ne soit pas oubliée par la communauté internationale ».

La paix reste encore fragile en Centrafrique, un pays que le coup d’Etat de mars 2013, mené par la Séléka (groupes politico-militaires musulmans) contre le régime de François Bozizé, a fait basculer dans un conflit inter-communautaire, qui a fait quelques milliers de morts, selon l’ONU.

Les récentes élections générales (décembre 2015-mars 2016), ont doté la Centrafrique de nouvelles institutions et contribué à un retour relatif au calme, amis elles n’ont pas pu empêcher la résurgence d’affrontements sporadiques, notamment dans le Nord et le Centre du pays. AA

Laisser un commentaire