Share
RD Congo : Les congolais disent non aux déclarations de Nagaan de la CENI sur les élections présidentielles en 2018

RD Congo : Les congolais disent non aux déclarations de Nagaan de la CENI sur les élections présidentielles en 2018

RD Congo : Les congolais disent non aux déclarations de Nagaan de la CENI sur les élections présidentielles en 2018
Summary:
Selon Corneille Nangaa, président de la dite Commission électorale nationale indépendante de Joseph KABILA (CENI) l’organisation des élections en RD Congo nécessitera un délai de 504 jours, à compter du 31 juillet 2017, ce qui reporte de fait le scrutin de deux années, à novembre 2018. A l'annonce de cette déclaration, la société civile, l'opposition n'attendent pas de cette oreille là et réclament le respect de la constitution pour éviter l'embrasement du pays

0%

RD Congo : Les congolais disent non aux déclarations de Nagaan: pas d’élection présidentielle avant novembre 2018

Selon Corneille Nangaa, président de la dite Commission électorale nationale indépendante de Joseph KABILA (CENI) l’organisation des élections en RD Congo nécessitera un délai de 504 jours, à compter du 31 juillet 2017, ce qui reporte de fait le scrutin de deux années, à novembre 2018. A l’annonce de cette déclaration, la société civile, l’opposition n’attendent pas de cette oreille là et réclament  le respect de la constitution pour éviter l’embrasement du pays

Ce report se justifierait selon lui et ses amis de la MP (Majorité Présidentielle), d’après Nangaa, un monsieur sans scrupule, par « la nécessaire refonte du fichier électoral, l’enrôlement des électeurs, ainsi que des difficultés logistiques et budgétaires« . Or, Joseph KABILA, selon les informations du Magazine Forbes, aurait sur ses comptes offshore plus de 15 milliards de dollars planqués à l’abri dans des iles caïmans. La question budgétaire ne s’oppose en aucun cas….

Pour ce qui concerne le délais pour la refonte du fameux fichier électoral mis de coté volontairement, et enrôlement des électeurs, moins plus de 6 millions d’individus, il y avait manifestement une volonté de faire retarder les choses, afin de permettre « Joseph KABILA », à mettre au point sa stratégie de glissement et de s’éterniser au pouvoir, tout en foulant aux pieds la loi électorale et les articles de la constitution sur l’organisation des élections.

Pour l’opposition dite « radicale », le président Joseph Kabila, dont le second et dernier mandat expire en décembre 2016 selon la Constitution, cherche simplement à rester plus longtemps au pouvoir en retardant l’échéance légale. Les opposants conditionnent tout accord sur un éventuel report de l’élection à l’engagement préalable de M. Kabila de ne pas tenter de briguer un 3eme mandat.

Pour le MLC de Jean-Pierre Bemba « M. Naanga est venu simplement donner une caution à la violation de la Constitution et donner à M. Kabila la possibilité de prolonger son mandat»

Plus modéré, et proche de cette manoeuvre contre la République, une traitrise en somme, Vital Kamerhe accepterait la tenue des élections au plus tard en septembre 2017 : « Nous appelons l’ensemble des représentants présents au dialogue à harmoniser les points de vue autour de la proposition du président de la Commission électorale national indépendante, en vue de trouver une porte de sortie » a-t-il déclaré, afin d’espérer le poste à la primature. Mais, sans compter sur l’opposition de la diaspora, des patriotes, des combattants et de la société civile qui viennent sans retenue aucune, rejeter cet intrus (sic) qui autrement fois avait trahi en soutenant Joseph KABILA avec son livre qu’il traîne comme un boulet « Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila »

Roger BONGOS

Laisser un commentaire