Share
RDC-Assemblée Nationale : 64 Députés exigent la déchéance du Bureau Minaku !

RDC-Assemblée Nationale : 64 Députés exigent la déchéance du Bureau Minaku !

Au total,  soixante-quatre Députés Nationaux   exigent  le départ de l’actuel Bureau de l’Assemblée Nationale, dirigé par Aubin Minaku Ndjalandjoko. Dans une pétition dûment signée et déposée auprès des instances attitrées, ils visent chacun des membres, en les  citant nommément.  Puisque l’affaire fait grand bruit dans la ville haute, surtout à un moment où l’on voudrait procéder, aujourd’hui,  au vote, pour boucher les trous laissés par deux  frondeurs du G7, à savoir,  MM. Charles Mwando Nsimba et Norbert Ezadri, cette pétition, si elle produisait ses effets, mettrait   en mal, le fonctionnement  du Bureau de l’Assemblée Nationale, même après l’entrée de nouveaux éléments.

Ainsi, Kombo Nkisi Timothée, Tshimanga Buana Jean-Pierre, Elysée Munembwe, Kaboyi Bwivu Jean-Bosco, y compris Aubin Minaku, lui-même, sont-ils dans les viseurs de ces pétitionnaires. Au fait, de quoi s’agit-il ? Ils évoquent, en effet, une série de griefs.

D’abord,  ils partent de la reconfiguration de la composition des groupes parlementaires, en termes de  nombre de Députés Nationaux de la Majorité ou de l’Opposition, après les derniers bouleversements politiques dictés, bien sûr,  par les fracas du G7.

Selon eux, le nombre de  Députés de l’Opposition, après le basculement de ce dernier, est passé, à en croire leurs propres calculs,   de 145 à 225, soit une proportion de 45% contre une Majorité de 275 Députés, soit une proportion de 55 % à l’Assemblée Nationale. En clair, ils estiment que  la formation du bureau de l’assemblée nationale devrait, dorénavant, tenir compte de la proportion du poids numérique, selon l’article 22 alinéa 2 du Règlement Intérieur et, la proportionnalité entre la majorité et l’opposition évoquée à l’alinéa 5 du même article, donnerait un rapport de 3 sur 7 pour l’Opposition et de 4 sur 7 pour la Majorité.

Qui plus, ces Soixante-quatre Députés  Nationaux pétitionnaires rendent  ces cinq membres  de l’actuel bureau, comptables de toute une litanie de fautes, faiblesses et incompatibilités mieux lisibles, dans le document repris, ci-dessous,  en fac-similé. En conclusion, le changement de la proportionnalité enregistré, entraîne, ipso facto, la recomposition des cartes au sein du bureau de l’Assemblée Nationale. Ce qui, dans leur logique, provoque la déchéance des membres dudit bureau.

Quelle  sera la réaction des intéressés ? Pas si facile à imaginer, à ce stade. Surtout  lorsqu’on sait qu’il est prévu un vote   aujourd’hui, et que la machine électorale  est  passée à la vitesse supérieure, avec la montée en puissance du Ticket  Luhonge et Derocan, il ne serait pas exagéré de penser  que cette pétition coupe-gorge,   bouscule  la donne politique et installe une nouvelle grogne à la chambre basse.  Les pétitionnaires se disent, en tout cas, déterminés à aller jusqu’au bout.
La Prospérité,

Laisser un commentaire

*