Share
RDC- BUNIA : Hommes d’affaires en arme ! Les services secrets des FARDC ont découvert des caches d’armes dans les résidences de certains hommes d’affaires de la ville de Bunia

RDC- BUNIA : Hommes d’affaires en arme ! Les services secrets des FARDC ont découvert des caches d’armes dans les résidences de certains hommes d’affaires de la ville de Bunia

Les services secrets des FARDC ont découvert des caches d’armes dans les résidences de certains hommes d’affaires de la ville de Bunia. La nuit du mardi 13 au mercredi 14 octobre, trois armes AK 47 et une grenade de marque chinoise  ont été découvert dans la maison de Nestor Bamaragi, un notable bien connu à Bunia. Soupçonné de détenir aussi des pistolets, l’opérateur économique Eliya a été interpellé par les services des FARDC. Ce dernier a été  gardé par les FARDC pour des raisons d’enquête tandis que le premier aurait pris une destination inconnue.
Cette découverte des FARDC relance la problématique de la détention illicite des armes en Ituri. Ceci prouve à suffisance que plusieurs armes jadis utilisées par les groupes armées de l’Ituri circulent encore entre les mains des personnes. Les processus de désarmement et même les opérations de remises des armes n’ont pas donné les résultats escomptés.


Des armes pour se protéger
Dans une région fortement insécurisé comme l’Ituri, les hommes d’affaires ont besoin de s’assurer de leur sécurité. Pour se protéger, eux, ainsi que leurs biens, des operateurs économiques devraient recourir aux services publics habiletés dans la matière. Hélas nombreux commerçants ne font pas confiances aux hommes en uniformes qu’ils soupçonnent d’être parfois complices des malfrats.
Devant la difficulté de se faire octroyer le permis de port d’arme en bonne et due forme, ils recourent parfois au circuit informel. Certains s’approvisionnent en armes auprès des épaules galonnés des FARDC pendant que d’autres continuent à garder les armes qui leur ont été offert par les miliciens pendant la période trouble de l’Ituri. Les fermiers par exemple ont besoin des armes pour protéger leurs fermes des incursions intempestives des éléments des FRPI par exemple. Les pistes d’approvisionnement à partir de l’extérieur du pays doivent aussi être exploitées.
Tout en menant ces actions, les FARDC devront mettre tout en œuvre pour rassurer les commerçants de l’Ituri s’agissant de leur sécurité et celui de leurs biens.  Le manque de sécurité caractéristique de l’Ituri poussent certains commerçant à pouvoir se prendre en charge quant à ce.


Des règlements de compte ?
Certaines sources nous renseignent que cette découverte des armes par les FRDC est  conséquente des certains différends opposants quelques operateurs économiques de Bunia.
Cherchant à se régler des comptes, des opérateurs économiques s’accuseraient mutuellement auprès de services spécialisés.  Il nous revient que des histoires de viols de filles mineures et même de Kidnapping seraient à la base des montages destinés à incriminer des indésirables. Heureusement que les services des FARDC Ituri traite ce dossier avec la délicatesse voulue. Attendons voir.
Joska Kaninda  

Laisser un commentaire