Share
RDC : Conflits et violences font plus d’un million de déplacés dans l’Est (Unicef) -Dont 700 mille enfants

RDC : Conflits et violences font plus d’un million de déplacés dans l’Est (Unicef) -Dont 700 mille enfants

Les conflits inter-ethniques dans les provinces congolaises du Tanganyika (Sud-est) et les violences armées dans le Sud-Kivu (Est) ont provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes, dont plus de la moitié depuis le début de l’année, a annoncé le fonds de Nations-Unies pour l’enfance (Unicef),

RDC : Conflits et violences font plus d’un million de déplacés dans l’Est (Unicef) -Dont 700 mille enfants
Summary:
Les conflits inter-ethniques dans les provinces congolaises du Tanganyika (Sud-est) et les violences armées dans le Sud-Kivu (Est) ont provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes, dont plus de la moitié depuis le début de l’année, a annoncé le fonds de Nations-Unies pour l’enfance (Unicef),

0%

RDC : Conflits et violences font plus d'un million de déplacés dans l’Est (Unicef) -Dont 700 mille enfants

User Rating: 0 (0 votes)

Les conflits inter-ethniques dans les provinces congolaises du Tanganyika (Sud-est) et les violences armées dans le Sud-Kivu (Est) ont provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes, dont plus de la moitié depuis le début de l’année, a annoncé le fonds de Nations-Unies pour l’enfance (Unicef),

Parmi ces 1 million de déplacés, 700 mille sont des enfants, indique l’organisation onusienne dans un communiqué publié mercredi.

Dans la province du Tanganyika frontalière avec la Tanzanie, des milliers de personnes ont foui les violences entre les miliciens des communautés Pygmées et Bantou – alors que dans le Sud-Kivu frontalière avec le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi et la Tanzanie des milliers de personnes ont fouit des combats entre l’armée régulière et les groupes armés d’autodéfense dits “Mai-Mai”.

Certains déplacés sont logés dans des camps de fortune, notamment aux alentours de la ville de Kalemie capitale du Tanganyika. D’autres sont pris en charge par “des familles d’accueil”, souligne la même source.

“Les déplacés font face à des situations précaires et dangereuses pour leur survie. Ils n’ont ni accès aux services de base, tels que l’eau et l’assainissement, les soins de santé primaire et l’éducation, ni accès à un appui d’urgence sous forme d’abri ou d’articles ménagers essentiels”, rapporte encore l’Unicef, ajoutant que plusieurs cas de violation des droits de l’enfant ont été relevés.

Dans la province du Sud-Kivu, 604 écoles dans les territoires de Fizi et d’Uvira ont été attaquées (et/ou) occupées, privant plus de 93.000 enfants d’éducation – alors que dans celle du Tanganyika plus de 70.000 enfants “ont dû arrêter leur scolarité suite à la crise” estime l’agence Onusienne.

L’impact de la violence sur la santé des enfants est “dramatique” et la situation “risque de se détériorer” sans une réponse humanitaire “urgente et adéquate”, prévient encore l’Unicef.

Dans ces deux provinces, les taux de prévalence de malnutrition aiguë auprès des enfants “sont en hausse” à cause des violences prévalant dans de nombreuses zones de santé, selon la même source qui déplore la destruction de 30 structures sanitaires dans le Tanganyika.

Avec au moins 4.1 millions de déplacés, la RDC est le premier pays africain affecté par le déplacement de populations, selon l’ONU qui a activé en octobre dernier son plus haut niveau de réponse d’urgence pour ce pays.  Agence AA

Laisser un commentaire