Share
RDC : Coup de massue de Katumbi à Kabila, Lambert le perroquet appelle Moïse Katumbi à clarifier sa position politique

RDC : Coup de massue de Katumbi à Kabila, Lambert le perroquet appelle Moïse Katumbi à clarifier sa position politique

Le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, a appelé jeudi 1er octobre, au cours d’un point de presse, l’ancien gouverneur de la province démembrée du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, à clarifier son identité politique nouvelle après sa démission, le 29 septembre dernier, du PPRD et du gouvernorat de la province cuprifère après neuf ans de règne.

« Si M. Katumbi est sincère dans la prétendue quête de clarté vis-à-vis du peuple congolais à laquelle il appelle dans sa lettre, pourquoi embrouille-t-il le peuple en n’ayant pas le courage de clarifier son identité politique nouvelle ? », s’est demandé le ministre Mende. Bien que membre du PPRD, l’ex. gouverneur de l’ex. province du Katanga a toujours flirté avec les dissidents qui ont quitté récemment la Majorité présidentielle, a constaté le porte-parole du gouvernement, alors que l’intéressé s’en défend affirmant prendre encore le temps de la réflexion.

Scannant l’argumentaire de M. Katumbi pour justifier sa décision, le ministre de la Communication et des médias a qualifié ses allégations de mensongères. Le ministre a cité, dans le lot, le manque de moyens pour respecter le calendrier électoral global et l’incapacité du gouvernement à mobiliser deux millions de dollars US pour l’élection de nouveaux gouverneurs.

« Les événements présentés par Moïse Katumbi, tous récents, ne peuvent justifier sa démission du 29 septembre. Non seulement parce qu’ils font l’objet d’une interprétation puérile, mais surtout parce que sa fourberie plonge ses racines dans ses intérêts financiers occultes et souvent illégitimes qui ne tiennent aucun compte du peuple de ce pays », a fait savoir le ministre.

Le porte-parole du gouvernement qui s’est dit non surpris par ce départ volontaire, rappelle que l’ancien gouverneur du Katanga avait, une première fois, quitté la Majorité en décembre 2014 en accusant le président de la République de vouloir violer la constitution « pour complaire à certains groupes d’intérêts étrangers » qui en voudraient à Kinshasa d’avoir notamment conclu des contrats miniers avec la Chine, avant de s’opposer à la révision du Code minier et au passage du pays de 11 à 26 provinces ainsi qu’au phénomène de glissement pourtant prévu par la constitution.

Lambert Mende a justifié la démarche de M. Katumbi par l’inéluctabilité du démembrement de la province du Katanga qu’il considérait comme espace privilégié du déploiement de ses innombrables activités lucratives. Pour M. Mende, ni le respect de la constitution, ni de la démocratisation du pays ne peuvent être réduits aux problèmes relatifs au cycle électoral.
ACP

Laisser un commentaire

*