Share
RDC-Crime de l’Ouganda: Kabila protège l’Ouganda dans un dossier de la CIJ et arrête, Me Tshibangu Kalala

RDC-Crime de l’Ouganda: Kabila protège l’Ouganda dans un dossier de la CIJ et arrête, Me Tshibangu Kalala

Prof. Tshibangu Kalala, député nationale et president de NPP. Radio Okapi


L’Ordre des avocats qualifie l’arrestation de Me Tshibangu Kalala de violation grave de son indépendance. Cette structure a exprimé son indignation dans une correspondance parvenue, vendredi 2 octobre, à Radio Okapi.

Arrêté depuis le 29 septembre dernier puis détenu à la Prison centrale de Makala, Me Tshibangu est poursuivi pour rétention illicite des documents dans le dossier que la RDC avait remporté contre l’Ouganda devant la Cour Internationale de Justice en 2005.

Dans sa version, rapportée par le Conseil de l’Ordre, Me Tshibangu Kalala indique que les fait lui reprochés ne sont nullement établis.

Il affirme, en effet, exercer son droit de rétention sur les pièces obtenus par ses diligences afin d’obtenir paiement de ses honoraire définitifs, ce, en vertu de l’article 77 alinéa 2 de la loi organique.

Au regard des faits, le Conseil de l’Ordre note que le fond de cette affaire touche aux questions déontologiques réservées aux compétences exclusives du Barreau et non du Parquet général de la République.

Exprimant toute sa solidarité à Maitre Tshibangu Kalala, ce conseil exige sa libération immédiate et affirme avoir désigné un collectif d’avocats pour assurer sa défense.

Président du «Congo mon beau pays», parti de la Majorité présidentielle (MP), Tshibangu Kalala avait été incarcéré avec son assistant, Roger Kanyinda qui avait été libéré quelques heures plus tard.
Il affirme que Tshibangu Kalala, avocat de la République Démocratique du Congo, serait aux arrêts pour avoir réclamé ses honoraires dans le procès RDC-Ouganda devant la Cour Internationale de Justice en 2005.

Me Tshibangu affirme avoir presté pendant 12 ans et continue de réclamer à son client ses honoraires estimés à 15 millions de dollars américains.

La plus haute juridiction du système des Nations unies chargée du règlement des différends entre Etats avait alors condamné l’Ouganda pour avoir envahi la RDC en 1998, en violation du droit international et du droit humanitaire en Ituri. Okapi

Laisser un commentaire