Share
RDC: Des bâtiments publics incendiés dans le Centre par la milice d’un chef local

RDC: Des bâtiments publics incendiés dans le Centre par la milice d’un chef local

RDC: Des bâtiments publics incendiés dans le Centre par la milice d’un chef local
Summary:
Cette attaque est la première du genre dans la province de Lomami, alors que les attaques de cette milice ont embrasé trois provinces, depuis août dernier. Des bâtiments publics ont été incendiés par un groupe de miliciens qui ont libéré les détenus d'une prison dans le Centre de la République démocratique du Congo (RDC), a appris Anadolu de source officielle.

0%

RDC: Des bâtiments publics incendiés dans le Centre par la milice d'un chef local

Cette attaque est la première du genre dans la province de Lomami, alors que les attaques de cette milice ont embrasé trois provinces, depuis août dernier.

Des bâtiments publics ont été incendiés par un groupe de miliciens qui ont libéré les détenus d’une prison dans le Centre de la République démocratique du Congo (RDC), a appris Anadolu de source officielle.

La milice du chef coutumier Kamwina Nsapu, abattu en août 2016 dans une opération de police, a attaqué samedi soir la ville ferroviaire de Mwene Ditu.

Le bureau de la mairie a été incendié, et la plupart des documents ont été détruits. Les assaillants ont également mis le feu au bureau communal de Bondoyi, une des communes de la ville, a déclaré à Anadolu Pontien Tshiband Tondoy maire de Mwene ditu, chef lieu de la province de Lomami.

La même source a également fait état de la libération de tous les détenus au cachot de la commune de Bondoyi par les miliciens qui ont également emporté quelques armes.

Le calme est revenu dans la ville, dimanche, après le départ des miliciens, a pour sa part précisé à Anadolu Delta Kalenga président de la société civile de Lomami également joint au téléphone.

Cette attaque est la première du genre dans la province de Lomami, issue du découpage de l’ancienne province du Kasaï-Central, dans le Centre de la RDC, en 2015.

Le chef coutumier avait d’abord tenté de créer un parti politique avant d’entrer dans une démarche insurrectionnelle qui a fini, à sa mort, par embraser les 3 provinces du Kasaï au Centre du pays (Kasaï, Kasaï-Central et Kasaï-Oriental).

Des affrontements entre forces de l’ordre et ces miliciens ont fait au moins 140 morts depuis août dernier, selon l’ONU.

Pour rétablir le calme dans les régions concernées, le vice-Premier ministre congolais en charge de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, a récemment déclaré que le corps du chef coutumier sera exhumé et remis à sa famille pour des obsèques « dignes » de son rang.

« Il sera alors demandé à la famille régnante de trouver un nouveau chef qui sera reconnu par l’Etat et par les populations », a ajouté le vice-Premier ministre dans un discours prononcé devant les députés. A.A

Laisser un commentaire

*