Share
RDC: deux nouveaux cas Ebola confirmés à Butembo, serviraient-ils à repousser “ces élections” qui se présentent comme une mise en scène théâtrale ?

RDC: deux nouveaux cas Ebola confirmés à Butembo, serviraient-ils à repousser “ces élections” qui se présentent comme une mise en scène théâtrale ?

Au moment où l’opposition qui se radicalise et s’organise, afin de boycotter les prochaines élections qui me dit-on, sont bien loin d’être inclusives. Le virus d’Ebola pourra t-il  s’immiscer pernicieusement dans ces enjeux électoraux, afin de les perturber ? Une chose est sûre, la majorité présidentielle, FCC, y compris travaillent pour rendre ces simulacres d’élections, qui s’annoncent non transparentes, chaotiques. Dans quel but, font-ils cela ? Simplement, de permettre au locataire du Palais présidentielle, de glisser de plus belle, en renvoyer ce scrutin sine die…

RDC: deux nouveaux cas Ebola confirmés à Butembo, serviraient-ils à repousser “ces élections” qui se présentent comme une mise en scène théâtrale ?
Summary:
Au moment où l'opposition qui se radicalise et s'organise, afin de boycotter les prochaines élections qui me dit-on, sont bien loin d'être inclusives. Le virus d'Ebola pourra t-il  s'immiscer pernicieusement dans ces enjeux électoraux, afin de les perturber ? Une chose est sûre, la majorité présidentielle, FCC, y compris travaillent pour rendre ces simulacres d'élections, qui s'annoncent non transparentes, chaotiques. Dans quel but, font-ils cela ? Simplement, de permettre au locataire du Palais présidentielle, de glisser de plus belle, en renvoyer ce scrutin sine die...

0%

RDC: deux nouveaux cas Ebola confirmés à Butembo, serviraient-ils à repousser "ces élections" qui se présentent comme mise en scène théâtrale ?

User Rating: 0 (0 votes)

Au moment où l’opposition qui se radicalise et s’organise, afin de boycotter les prochaines élections qui me dit-on, sont bien loin d’être inclusives. Le virus d’Ebola pourra t-il  s’immiscer pernicieusement dans ces enjeux électoraux, afin de les perturber ? Une chose est sûre, la majorité présidentielle, FCC, y compris travaillent pour rendre ces simulacres d’élections, qui s’annoncent non transparentes, chaotiques. Dans quel but, font-ils cela ? Simplement, de permettre au locataire du Palais présidentielle, de glisser de plus belle, en renvoyer ce scrutin sine die…

Les attroupements et effets de foule (scrutin) ne sont pas compatibles avec ce virus qui se transmet au contact corporel, et la CENI s’interroge aujourd’hui sur la nécessité d’organiser des élections dans ces zones où, la population martyrisée par 20 années de guerre, ne jure qu’à faire tomber le pouvoir en place par voie électorale.

Deux personnes sont décédées de la fièvre hémorragique Ebola dans la ville de Butembo, ouvrant un autre foyer de contamination dans l’est de la RDC. Au total, 195 personnes ont été identifiées comme ayant été en contact avec ces deux patients. Des patients qui doivent maintenant être vaccinés d’urgence, mais dans la zone, la lutte contre l’épidémie est compliquée en raison des nombreux déplacements de population et des problèmes de sécurité.

La première victime d’Ebola dans la ville de Butembo était connue des services de santé congolais. Il s’agit d’une femme identifiée comme porteuse de la maladie à Beni, mais qui a refusé de se faire vacciner et s’est déplacée à Butembo ouvrant ainsi un autre foyer de contamination.

Pour preuve, l’infirmier qui l’a soigné constitue le deuxième cas d’Ebola confirmé à Butembo, décédé lui aussi. 195 personnes ont été identifiées par les services de santé comme ayant été en contact avec ces deux personnes. Des personnes qu’il faut vacciner d’urgence selon le docteur Ndjoloklo Tambwe Bathé, envoyé par le ministère pour organiser la riposte.

Autre urgence pour le docteur : assurer la sécurité de ces équipes dans la zone. « Dans le respect du règlement sanitaire international, on ne peut pas empêcher les gens de circuler. C’est un premier facteur. Le deuxième, c’est la question sécuritaire. Nos équipes ne bougent pas comme nous le voulons. Ici, c’est la sécurité qui supplante toute la riposte. Aujourd’hui, par exemple, mes équipes ne sont pas allées à Butembo, parce que la sécurité n’était pas assurée sur la route ».

Située à 55 kilomètres de Beni, Butembo est une agglomération de près d’un million d’habitants. Et elle entretient d’importants liens commerciaux avec l’Ouganda voisin.

Laisser un commentaire