Share
RDC : Dix nouveaux charniers découverts dans le Kasaï (Armée)

RDC : Dix nouveaux charniers découverts dans le Kasaï (Armée)

Ces dix fosses communes s’ajoutent aux quarante-deux autres découvertes par les enquêteurs des Nations-Unies depuis le début de la crise dans le Kasaï, en août dernier.

RDC : Dix nouveaux charniers découverts dans le Kasaï (Armée)
Summary:
Ces dix fosses communes s’ajoutent aux quarante-deux autres découvertes par les enquêteurs des Nations-Unies depuis le début de la crise dans le Kasaï, en août dernier.

0%

RDC : Dix nouveaux charniers découverts dans le Kasaï (Armée)

Ces dix fosses communes s’ajoutent aux quarante-deux autres découvertes par les enquêteurs des Nations-Unies depuis le début de la crise dans le Kasaï, en août dernier.

La justice militaire congolaise a découvert dix nouvelles fosses communes dans la province du Kasaï (Centre de la République démocratique du Congo) secouée par des violences meurtrières depuis près d’une année, a annoncé lundi le procureur général de l’armée.

Au cours du mois du mois de juin, “dix fosses communes ont été découvertes par l’équipe de la justice militaire dans les villages environnant la ville de Tshikapa”, a déclaré le Général-major Joseph Ponde, procureur général des forces armées congolaises, lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Ces fosses ont été répertoriées sur l’axe Tshikapa_Sumbula dans la province du Kasaï, a-t-il indiqué, ajoutant que l’armée a retrouvé ces charniers grâce à des alertes reçues de la part de quelques agents de la Croix-Rouge et des villageois ex-otages de la milice de Kamwina Nsapu ( Un chef traditionnel abattu en août dernier par la Police-ndlr).

En attendant l’aboutissement des enquêtes ouvertes par l’armée, ces fosses communes ont été “sécurisées” a-t-il ajouté, précisant que les enquêteurs onusiens s’y rendront dans les prochaines 48 heures, soit mercredi.

Ces dix fosses communes s’ajoutent aux quarante-deux autres découvertes par les enquêteurs des Nations-Unies depuis le début de la crise dans le Kasaï.

Depuis la mort du chef traditionnel, Kamwina Nsapu [de son vrai nom Jean-Pierre Mpandi ], abattu en aoûrt dernier par la police, la région du Kasaï est embrasée par des violences opposants les forces de sécurité aux partisans de ce chef coalisés au sein d’une milice.

Selon un décompte de l’Eglise catholique, dévoilé la semaine dernière à Kinshasa, plus de 3 300 personnes ont été tuées dans les violences au Kasaï parmi lesquels deux experts des Nations-Unies qui enquêtaient dans la région.

Alors que l’armée congolaise conduit des opérations militaires “d’envergure” contre ces miliciens depuis fin mars, le Conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU, en charge de la prévention du génocide, Adama Dieng a préconisé samedi à Kinshasa la “démilitarisation progressive” de la région du Kasaï pour mettre fin à la crise.

Pour le conseiller onusien qui était en mission en RDC “Il n’y a pas de solution militaire” mais il faut “progresser vers le règlement non-violent du conflit”.

Il a en outre appelé la justice militaire congolaise à “accroitre significativement ses efforts” pour poursuivre “avec la plus grande fermeté” et de manière “crédible et systématique” les responsables des crimes commis par les miliciens et par les forces de sécurité. AA

Laisser un commentaire