Share
RDC: « Joseph Kabila » achève son mandat officiel ce lundi dans un climat de tension

RDC: « Joseph Kabila » achève son mandat officiel ce lundi dans un climat de tension

RDC: « Joseph Kabila » achève son mandat officiel ce lundi dans un climat de tension
Summary:
Le président du Congo Joseph Kabila achève son mandat officiel ce lundi mais refuse de se quitter son trône alors que la Constitution ne lui permet pas de briguer un nouveau mandat. Aucune date n’a encore été fixée pour la prochaine élection présidentielle et les Congolais sont dans l’expectative.

0%

RDC: "Joseph Kabila" achève son mandat officiel ce lundi dans un climat de tension

Le président du Congo Joseph Kabila achève son mandat officiel ce lundi mais refuse de se quitter son trône alors que la Constitution ne lui permet pas de briguer un nouveau mandat. Aucune date n’a encore été fixée pour la prochaine élection présidentielle et les Congolais sont dans l’expectative.

Il faut dire que les tensions entre le régime et l’opposition s’accroissent. La Belgique a même demandé à ses ressortissants de quitter le pays mais, ce vendredi, un C-130 chargé de l’évacuation et de la protection des Belges n’a pas été autorisé à atterrir à Lubumbashi. Vendredi également, des journalistes flamands ont été expulsés de la RDC.

Des négociations entre le pouvoir et l’opposition pour trouver une solution à la crise ont été suspendues samedi. Elles devraient reprendre jeudi. Notre correspondante en RDC, Patricia Huon, nous livre son analyse en quatre questions:

Quelle est l’atmosphère ce lundi à Kinshasa?

Après une nuit calme, on note ce matin une présence renforcée à certains points de la ville. Mais il n’y a pour le moment ni manifestation, ni rassemblement.

Dans les rues, on constate qu’il y a un peu moins de circulation qu’en temps normal. Les voitures circulent tout de même, les gens se déplacent et certains semblent être là pour observer l’évolution de la situation au cours de la journée.

Des mouvements de la société civile ont appelé à manifester mais les partis de l’opposition n’ont pas donné de mot d’ordre clair. Notons aussi que, depuis hier soir, les réseaux sociaux ne sont plus accessibles.

Peut-on s’attendre à une répression en cas de manifestation? 

Le porte-parole de la police a déjà mis en garde ceux qui voudraient manifester. Il a prévenu que tout rassemblement de plus de dix personnes serait dispersé. Par ailleurs, des représentants de l’opposition et de la société civile ont été arrêtés ces derniers jours dans plusieurs villes du pays. Et ce, dans une volonté de réduire les capacités de mobilisation de ces organisations.

Pour rappel, une cinquantaine de personnes ont été tuées en septembre lors d’une manifestation anti-Kabila.

Sur le plan politique, le dialogue peut-il reprendre?

Pour le moment aucun accord n’a été trouvé. Après une semaine de discussions chapeautée par l’Eglise catholique, un consensus n’a pas pu être atteint entre les représentants de la majorité et ceux de l’opposition.

Les évêques ont, eux, plaidé pour la poursuite du dialogue. En déplacement au Vatican pour une rencontre prévue de longue date avec le pape, ils ont demandé la reprise des discussions dès ce mercredi.

Quels sont les points qui bloquent? 

Il y a de nombreux points de friction sur la manière de mettre en place une période de transition qui permettrait de mener à une élection présidentielle.

Alors que le mandat de Joseph Kabila s’achève officiellement ce lundi, plusieurs points bloquent entre la majorité présidentielle et l’opposition. Tout d’abord, sur l’avenir politique du président après le 19 décembre. Ensuite, au sujet de l’étendue des pouvoirs de Kabila pendant cette période de transition. Et pour finir, concernant le calendrier électoral.

En conclusion, on sent une méfiance entre la majorité présidentielle et l’opposition.  RTBF

Laisser un commentaire

*