Share
RDC: Joseph Kabila perdu, rend visite à Denis Sassou Nguesso pour quelques conseils afin de s’éterniser au pouvoir

RDC: Joseph Kabila perdu, rend visite à Denis Sassou Nguesso pour quelques conseils afin de s’éterniser au pouvoir

RDC: Joseph Kabila perdu, rend visite à Denis Sassou Nguesso pour quelques conseils afin de s’éterniser au pouvoir
Summary:
"Joseph Kabila", parti de Kalemie, dans le Tanganyika, a effectué une visite express lundi à Oyo, au Congo-Brazzaville, loin des caméras, celui qui gère la RDC par défi ne sait plus où donner de la tête, il se rapproche de son " mentor " qui a expérimenté son référendum et ses élections terriblement contestées, afin de se maintenir au pouvoir... Accessoirement pour faire bonne figure, ils ont eu un large échange de vues sur des questions bilatérales, régionales et internationales, d'après le communiqué de presse alambiqué publié à l'issue de la rencontre, en se réjouissant mutuellement de l'excellence des relation d'amitié, de fraternité et de coopération entre les deux pays...

0%

RDC: Joseph Kabila perdu, rend visite à Denis Sassou Nguesso pour quelques conseils pour s'éterniser au pouvoir

“Joseph Kabila”, celui qui gère la RDC par défi ne sait plus où donner de la tête, parti de Kalemie, dans le Tanganyika, a effectué une visite express lundi à Oyo, au Congo-Brazzaville, loin des caméras indiscrètes. il s’est rapproché de son “mentor, dictateur en chef”, qui de triste mémoire a expérimenté son référendum soutenu par la France et ses élections ensanglantées, terriblement contestées, afin de se maintenir au pouvoir…

Accessoirement pour faire bonne figure devant la presse régionale noyautée et corrompue, ils ont eu un large échange de vues sur des questions bilatérales, régionales et internationales,  d’après le communiqué de presse alambiqué, truffé de contradictions, publié à l’issue de ladite rencontre, en se réjouissant mutuellement de l’excellence des relation d’amitié, de fraternité et de coopération entre les deux pays…

Opération Mbata ya mokolo chère au Général Jean-François Ndenguet passe à la trappe, dans cette déclaration !

En réalité, la vérité est ailleurs au regard de la tension qui règnerait en RDC où, sa constitution fixe la date du 19 décembre 2016, pour départ de celui qui est haï par la population durement paupérisée, en créant depuis ses 14 ans de pouvoir, un fossé important entre la classe politique et le souverain primaire.

D’après les confidences d’un des ses conseillers, “Joseph KABILA” est très inquiet de l’allure où les choses vont, et veut mettre l’accent sur son dialogue dans le cadre des élections à venir, qui pourra lui sauver la mise en s’éternisant au pouvoir, grâce d’ailleurs à ceux qui se sont réunis à Genval en Belgique, particulièrement l’UDPS qui a fortement trahi sa vocation première, ” le peuple d’abord “….
En vieux dictateur, le Président Denis Sassou N’Guesso, quant à lui, il exhorte l’ensemble de la classe politique congolaise de la RDC à privilégier le dialogue en vue de garantir la paix pour le bien du peuple congolais. Ce que ce président ignore, son peuple l’a vomi lors des dernières élections, qualifiées d’une mascarade éhontée et anti-démocratique, où les électeurs congolais, précisément dans le Pool, ont été victimes de la barbaries de ses sbires, qui se sont déchaînés sur les contestataires de ces semblants élections, la mise en scène théâtrale organisée par son clan.

Les deux grands dictateurs, ont  eu également le culot, de donner leur avis sur le plan régional, en appelant sans honte au dialogue, les parties prenantes à la crise burundaise et ont exprimé leur “préoccupation face à la résurgence des violences en République centrafricaine”. Alors, les morts du Pool, l’un des départements de la République du Congo, situé dans le Sud du pays, le chef-lieu du département est Kinkela, devraient se retourner dans leurs tombes ! ! !

Objectif, 2063 d’après l’Union Africaine, l’Afrique aura une certaine autosuffisance alimentaire et sanitaire, et ces deux “présidents” dans leur démagogie plus que caractérisée, ont réaffirmé leur foi et leur engagement en faveur de la mise en œuvre de l’agenda 2063, qui prône la transformation du continent, pour la construction de « l’Afrique que nous voulons ». En 32 ans de pouvoir de Sassou Nguesso et 14 ans, celui de Kabila, à eux deux, plus de 46 ans au pouvoir sans partage, leur bilan serait plus que médiocre à la lumière du dernier rapport du PNUD sur ces deux pays et ces deux despotes qui veulent nous édifier sur les objectifs de l’Union Africaine. Si le ridicule pouvait tuer…

Sur le plan international, les deux “dirigeants” ont exprimé leur profonde préoccupation face à la montée du terrorisme, tout en affirmant leur solidarité avec tous les pays touchés par la barbarie et les violences aveugles des groupes terroristes. Les populations de Béni en RDC et celles du Pool, ne saisiront jamais ce discours sur la barbarie terroriste perpétrée par ceux qui parlent au nom de l’islam. Et le terrorisme d’Etat, que peut-on dire de cela (Pool et Béni) ?

Les deux “Chefs d’Etat” pour finir dans leur incongruité conjointe (communiqué), sans intérêt, ont aussi réaffirmé leur attachement à la position commune africaine sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies, conformément au consensus d’Ezulwini.

Consensus d’Ezulwini: 54 pays africains, exigent un droit à la parole au Conseil de sécurité. 70 ans après la création de l’Organisation des Nations unies, elle estime qu’elle mérite, elle aussi, au même titre que les autres continents, un droit de veto dans le principal organe de prise de décisions de l’ONU dont 80% des dossiers traités ont un rapport direct avec le continent. L’opposition au Congo-Brazzaville ou en RDC a-t-elle droit à la parole ? CQFD

Roger BONGOS

Laisser un commentaire