Share
RDC: LA MISSION DE L’ONU DÉMENT TOUTE BAVURE LORS D’UN RAID AÉRIEN DANS L’EST

RDC: LA MISSION DE L’ONU DÉMENT TOUTE BAVURE LORS D’UN RAID AÉRIEN DANS L’EST

RDCongo-rébellion-conflit-ONU-armées

Scène après un précédent attentat le 12 mai 2015 à Beni dans la province du Nord-Kivu en RDC | AFP/Archives | Kudra Maliro

Les Nations unies ont de nouveau assuré mercredi n’avoir commis selon elles aucune bavure lors d’une opération aérienne menée début octobre par des Casques bleus dans l’est de la République démocratique du Congo, contestant le bilan de cinq civils tués donné par les autorités de Kinshasa.

Après deux missions conjointes de la Monusco et des autorités locales dans la région de Pinga, dans le centre de la province du Nord-Kivu, « nous pouvons confirmer à ce jour la mort d’un combattant dans le village de Musanga », a déclaré Charles Bambara, directeur de l’information de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco).

M. Bambara, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse, a ajouté qu’une délégation avait vu à l’hôpital de Pinga « quatre blessés » mais que ceux-ci l’avaient été au cours de combats « entre groupes armés » de la zone, « antérieurs » à l’attaque héliportée de la Monusco.

Le 6 octobre, la Monusco avait annoncé avoir mené la veille une opération aérienne dans la région de Pinga contre des rebelles accusés d’avoir incendié plusieurs villages.

Le lendemain de cette annonce, les autorités congolaises affirmaient que cinq civils avaient péri à la suite du raid héliporté onusien. Quelques heures plus tard, le siège de l’ONU à New-York contestait ce bilan en affirmant que seul un milicien avait succombé à l’attaque.

« Les personnes rencontrées sur place » et « affirmant avoir perdu des parents » dans l’opération aérienne de la Monusco ont dit « ne pas être sûres qu’elles sont mortes suite aux opérations de la Monusco, car personne n’a vu les corps », a affirmé mercredi M. Bambara.

Les Casques bleus sont présents depuis 1999 en RDC. Aujourd’hui dotée de quelque 20.000 hommes en uniforme – déployés essentiellement dans l’est de la RDC – la Monusco est l’une des plus importantes missions de maintien de la paix au monde.

Son mandat a été considérablement renforcé au fil des années. Malgré cela l’instabilité perdure dans la partie orientale du Congo, en particulier au Nord et au Sud-Kivu, ou sévissent encore plusieurs dizaines de milices étrangères ou congolaises.

Depuis 2013, les Casques bleus ont pour mission de neutraliser ces groupes armés et sont autorisés pour ce faire à recourir à la force de manière offensive.

Cependant, la coopération militaire entre la Monusco et l’armée congolaise est sclérosée depuis le début de l’année à la suite d’un différend sur la façon d’agir contre les rebelles hutu rwandais présents dans le pays depuis plus de vingt ans.

 

Laisser un commentaire

*