Share
RDC : »Les bacheliers 2015″ beaucoup se livrent à des scènes intolérables ( kuluna) à Kinshasa…

RDC : »Les bacheliers 2015″ beaucoup se livrent à des scènes intolérables ( kuluna) à Kinshasa…

Boîtes de poudre en mains, sifflets aux lèvres, scandant des chants de victoire, ces lauréats circulent dans la ville pour manifester leur joie tout en se livrant, pour certains d’entre eux, à des scènes intolérables observées dans plusieurs quartiers de la capitaleKinshasa vibre au rythme de la publication, depuis mercredi 15 juillet 2015, des résultats de l’examen d’Etat 2015. Toute la ville est en ébullition. Les artères principales de la ville ainsi que les quartiers les plus chauds sont pris d’assaut par des élèves finalistes qui ont satisfait à cette épreuve.

Il faut visiter la place Victoire, dans la commune de Kalamu, les quartiers Matonge,Yolo-Kapela, les communes de Bandalungwa et deLemba, le rond-point Huileries, le boulevard Kimbuta à N’djili… pour s’en rendre compte.

Boîtes de poudre en mains, sifflets aux lèvres, scandant des chants de victoire, ces lauréats circulent dans la ville pour manifester leur joie. La plupart exhibent les pourcentages obtenus à travers leurs T-shirts. D’autres se font scarifier le front ou la joue dans le même objectif. 61% ici, 70% là-bas, 75% ailleurs, l’impression est que tout le monde a réussi au-delà de 60%.

Pourtant, a-t-on vérifié auprès de certaines familles des quartiers Kauka et Kalamu, les pourcentages marqués sur les T-shirts, les portails, les joues et les fronts, ne sont pas nécessairement ceux réalisés par ces enfants. Beaucoup d’entre eux tiennent à se faire passer pour les plus brillants, alors que la réalité est tout autre.

» Félicitations mon vieux, votre fille a fait 70%, je viens de le lire devant votre portail. Réponse : Ne t’en fais pas jeune frère, elle a réussi avec 58%. Je ne comprends pas pourquoi elle veut attirer l’attention des passants en écrivant ça sur le portail « , m’a répondu un parent, mercredi soir.

» Nelly, félicitations ! Tu as fait combien ? Réponse : 63% « . Juste après, son oncle m’approche pour me souffler qu’il s’agit plutôt de 51%, me le démontrant par son téléphone portable « .

Bien avant cela, une vive discussion au quartier Matonge. » Noémie, ce n’est pas possible ! Personne dans notre école n’a réalisé 60%. Nous nageons tous entre 50 et 57%. Comment tu marques 69% sur ton front ? Réponse : ce n’est pas ton problème.

Laisse-moi célébrer ma réussite à la manière « . J’ai failli tomber à l’envers. D’autres sources indiquent que, pire encore, plusieurs élèves annoncent aux parents et proches qu’ils ont réussi, alors que les résultats sont négatifs. Comme ils sont les seuls à détenir leurs codes, personne d’autre ne peut vérifier les faits.

Ils jubilent avec leurs amis lauréats, mais au fond, c’est le chagrin. D’autres enfants jubilent pendant que leurs écoles ont réalisé » néant « . Plusieurs parents étant des analphabètes en informatique, impossible pour eux de vérifier les résultats.

Néanmoins, il y a quelques élèves qui ont accepté d’assumer leur échec plutôt que verser dans les mensonges. Yannick, 21 ans, habitant la commune de Limete, vient d’échouer pour la deuxième fois à cette épreuve.

Inconsolable, il s’est enfermé dans sa chambre pour éviter les cris de joie de ses amis. Au lieu de l’encourager, sa maman ne cesse de l’insulter, regrettant ainsi tout l’argent dépensé au cours de cette année scolaire qui vient de s’achever. » Ne compte plus sur moi l’année prochaine « , lui dit-elle.

Tenues scandaleuses

Si les garçons étaient plus ou moins bien habillés ce mercredi, cela n’est pas le cas pour les filles dont la plupart étaient en petites tenues, de fois accompagnées de leurs » copains « . Elles exhibaient des danses obscènes au vu et au su de tout le monde, incapables de contenir leur joie. Ces lauréates ont inondé quasiment tous les débits de boisson des quartiers Matonge, Yolo… sans oublier les communes de Bandalungwa, Lemba, N’Djili, Masina…

Après avoir siroté quelques bouteilles de bière, beaucoup d’entre elles ont terminé la soirée dans des hôtels, en état d’ivresse. Des témoins renseignent que sur le boulevard Kimbuta à N’Djili, les filles se sont comportées de manière inacceptable, dépassant largement le seuil du tolérable. Sans doute inconsciente, certaines d’entre elles, dans cette euphorie, se sont déshabillées, exposant ainsi leurs parties intimes, sous les acclamations de leurs amis.

Au marché central de Kinshasa, un commerçant s’est dit satisfait d’écouler 15 cartons de Whisky en moins d’une heure, à la publication des résultats de l’examen d’Etat 2015. Ces cartons ont été achetés par des élèves qui ont réussi à cette épreuve.

La police nationale devait prendre des mesures nécessaires pour éviter que les lauréats en arrivent jusqu’à ce niveau. Car, on a enregistré même des cas de mineurs dans des terrasses, boîtes de nuit et autres à des heures tardives. Cela n’honore ni les parents, ni l’Etat congolais qui compte sur cesgagnants pour l’avenir de ce pays.

Par Lefils Matady

Laisser un commentaire

*