Share
Résolution déposée par la Tunisie sur la RDC : l’ONU demande la publication d’un calendrier électoral ”réaliste”

Résolution déposée par la Tunisie sur la RDC : l’ONU demande la publication d’un calendrier électoral ”réaliste”

Dans une résolution adoptée par le conseil des droits de l’homme de l’ONU, réuni, vendredi à Genève pour sa 36ème session.

Résolution déposée par la Tunisie sur la RDC : l’ONU demande la publication d’un calendrier électoral ”réaliste”
Summary:
L’ONU a exhorté les autorités congolaises à publier ''dès que possible'' un calendrier ''réaliste'' pour les élections dont la présidentielle.

0%

Résolution déposée par la Tunisie sur la RDC : l'ONU demande la publication d'un calendrier électoral ''réaliste''

User Rating: 0 (0 votes)

L’ONU a exhorté les autorités congolaises à publier ”dès que possible” un calendrier ”réaliste” pour les élections dont la présidentielle.

Cet appel a été porté dans une résolution adoptée par le conseil des droits de l’homme de l’ONU, réuni, vendredi à Genève pour sa 36ème session.

Cette résolution déposée par la Tunisie au nom des pays africains a été votée par 45 voix. Elle a récolté un non de la part des Etats-Unis et une abstention de la Corée du Sud.

La résolution dont une copie a été consultée par Anadolu demande aux autorités de la RDC de ”publier, dès que possible, un calendrier électoral réaliste”, conformément à l’accord du 31 décembre 2016 conclu entre le pouvoir et l’opposition pour une sortie de crise.

L’ONU encourage, par ailleurs, Kinshasa à créer ”sans tarder” les conditions ”nécessaires à la tenue d’élections libres, transparentes, ouvertes et pacifiques”.

Cette résolution est adoptée alors que l’échéance fixée par l’accord du 31 décembre 2016 pour la tenue des élections approche.

Ces élections censées se tenir avant la fin de l’année en cours devraient mettre en place la première alternance pacifique en succession au président Joseph Kabila, resté au pouvoir au delà de son dernier mandat arrivé à terme le 19 décembre 2016.

Kabila qui ne peut briguer un trosième mandat, selon la constitution, est accusé par l’opposition et certains mouvements de la société civile de manoeuvrer pour reporter ”indéfiniment” les élections et demeurer ainsi à son poste.

S’exprimant devant l’Assemblée générale de l’ONU le weekend dernier, Kabila avait Jugé ”irréversible” le cap de la marche vers les élections mais ”sans ingérence extérieure ni diktat quelconque”.

En juillet dernier, la commission électorale a affirmé que ces élections n’auront pas lieu dans les délais à cause du retard pris dans le recensement des électeurs et à cause des violences meurtrières qui ravageaient la région du Kasaï (centre) depuis le mois d’Aout 2016.

Mardi dernier, l’opposant congolais Moïse Katumbi exilé en Europe depuis 1 an et candidat déclaré à la présidentielle avait menacé faire ”appel à la rue” pour faire partir Kabila et si les élections ne se tiennent pas d’ici fin décembre.

Dans un récent communiqué parvenu à Anadolu, Katumbi et Félix Tshisekedi le président de la principale coalition de l’Opposition [le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement] ont plaidé pour une courte transition sans le président Kabila au pouvoir. Agence AA

Laisser un commentaire