Share
RDC : Matata PONYO, désemparé après une autre démission…

RDC : Matata PONYO, désemparé après une autre démission…

Le microcosme politique congolais a subi un chambardement après la fronde du Groupe de 7 de la Majorité présidentielle. Jusque-là, deux révocations dont un ministre, en l’occurrence celui en charge du Plan, suivies de la démission de deux autres : Bolengetenge des Affaires foncières et Jean-Claude Kibala de la Fonction publique, ainsi que la révocation de ses fonctions du Conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité. Le vide devra donc être comblé en partant de la présidence de la République en passant par le gouvernement avant d’évoquer l’Assemblée nationale et le Sénat.

L’institution en vue dans cette bousculade reste le gouvernement. Cependant, du projet de loi des finances attendu par les députés et du simple remue-ménage ou du remaniement du gouvernement, Matata préfère jouer à la course contre la montre en vue de doter la République d’un budget à la hauteur dés enjeux électoraux. En réalité, le vote du budget à la Chambre basse du Parlement, permettra de juger de la stabilité de la majorité après la reconfiguration de la Majorité présidentielle à l’issue des départs des frondeurs du G7.

Nul n’est besoin de rappeler que si le projet de loi des finances est recalé, le gouvernement sera obligé de déposer sa démission. C’est-à-dire que Matata doit s’assurer du soutien des siens avant de s’engager dans une telle aventure. Les frondeurs ne baissent pas les bras. Tout est mis à contribution pour se consolider une majorité devant faire échec au vote du budget. Là est le piège qui guette Matata.! Véritable démonstration de forces entre la Majorité présidentielle et le groupe du G7 qui a reçu l’appui politique des autres partis et association de l’Opposition.

Une équipe soudée

Il nous revient d’apprendre, à ce propos, que la nouvelle configuration du gouvernement sera celle d’une équipe davantage resserrée sur le plan des convictions en rapport avec sa vision de la conduite des affaires de la République. Les plus fidèles se frottent déjà les mains, soit pour intégrer le gouvernement soit pour intégrer le gouvernement soit pour se voir occuper un ministère plus important qui lui a été jusque-là attribué, question de suivre mon regard.

La Majorité autour de Kabila doit tirer les leçons des départs des leaders du G7. Ce sont tous ceux autour de qui se distille la moindre suspicion dans la loyauté envers le chef lors qu’ils exercent d’importantes fonctions au sein du gouvernement, verront remerciés. Il est question aujourd’hui des femmes et des hommes capables d’accompagner le Président de la République dans sa mission, sans se poser des questions.

Le réaménagement du gouvernement prendra le temps qu’il faut étant donné qu’il sera impossible de répondre aux attentes de tout le monde. L’objectif est d’éviter de nouvelles fissures au sein de la Majorité après celle subie après les départs du G7. La nouvelle équipe rénovée sera celle des hommes de confiance.
Cette nouvelle équipe gouvernementale devra présager d’un changement radical de cap.

Il n’est pas cependant exclu que les recommandations des concertations nationales refassent surface. En effet, en prévision du Dialogue national, une ouverture sur les résolutions des Concertations permettra de donner un coup de pouce sur le Dialogue en vue et redonner confiance à celles et à ceux qui doutent encore de la bonne foi du chef de l’Etat.
Par LP

Laisser un commentaire

*