Share
RDC : Pas de panique, le report de l’élection des gouverneurs ne perturbera pas le calendrier global, selon la Ceni

RDC : Pas de panique, le report de l’élection des gouverneurs ne perturbera pas le calendrier global, selon la Ceni

Kinshasa, 3 décembre 2011. Un agent électoral de la Céni au milieu des sacs de bulletins de vote.© AFP / Gwenn Dubourthoumieu


Le report de l’élection des gouverneurs de nouvelles provinces, fixée au 6 octobre, ne perturbera pas le calendrier global des élections prévues en 2015 et 2016, a déclaré mercredi 29 juillet en conférence de presse, le rapporteur de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Jean-Pierre Kalamba. L’élection des gouverneurs de vingt-et-une provinces, une conséquence du découpage territorial, n’était pas prévue dans le calendrier de la Ceni publié en février 2015.

Le nouvel échéancier de l’élection des gouverneurs rallonge le dépôt des candidatures jusqu’au au 21 août. L’élection des gouverneurs se tiendra le 6 octobre 2015 et non plus le 31 août comme publiée initialement. Dans l’opinion publique, des observateurs voient à travers ce report le spectre d’un « glissement » du calendrier global de la Ceni au-delà de 2016.

Le rapporteur de la Ceni, Jean-Pierre Kalamba a promis qu’il n’en sera rien. Le report de l’élection des gouverneurs n’aura pas d’impact sur le calendrier global de la Ceni, a-t-il dit. Il a une nouvelle fois déploré « la culture de dernière minute » qui caractérise les acteurs politiques congolais lors des échéances électorales.

Jusque mardi 28 juillet à 20 heures locales, à la veille de la clôture du dépôt de candidatures à l’élection des gouverneurs, seuls 136 formulaires avaient été retirés, a indiqué Jean-Pierre Kalamba et aucune candidature n’avait été enregistrée pour huit provinces :

  1. Tshopo
  2. Bas-Uele
  3. Haut-Uele
  4. Lualaba
  5. Lomami
  6. Sankuru
  7. Kasaï
  8. Kasaï central

De leur côté, les partis politiques rejettent la responsabilité de ce report sur la Ceni. L’Union pour la nation congolaise (UNC) par exemple accuse la centrale électorale de jouer le jeu du pouvoir.

« La Ceni ne sait pas à quoi s’en tenir tout simplement parce qu’elle est sous le dictat de la majorité qui lui impose ce qu’elle veut selon ses propres agendas. L’UNC n’est ni concernée, ni intéressée par l’élection des gouverneurs », a affirmé Claudel-André Lubaya, le secrétaire général par intérim de ce parti.

Au PPRD, le parti présidentiel, on se dit prêt à postuler dans toutes les provinces même si on évoque là aussi des « problèmes organisationnels ».

« Je crois qu’il se pose un problème fondamental. Les gouverneurs doivent être élus par des assemblées provinciales. À ce que je sache, ces nouvelles assemblées n’ont pas encore adopté leurs règlements intérieurs », a déclaré Emmanuel Shadari, un haut cadre du PPRD.

Okapi

Laisser un commentaire

*