Share
RDC: pays où l’enseignement est laissé à l’abandon par le régime en place. Un calvaire pour parents et élèves

RDC: pays où l’enseignement est laissé à l’abandon par le régime en place. Un calvaire pour parents et élèves

RDC: pays où l’enseignement est laissé à l’abandon par le régime en place. Un calvaire pour parents et élèves
Summary:
dans les écoles. A kinshasa la capitale, les bancs de nombreux établissements attendent toujours leurs occupants. Les parents évoquent le manque de moyens financiers. “J’ai 2 garçons et une fille, en ce moment, ils ne peuvent pas se rendre à l’école, je n’ai pas de moyen, aucune possibilité. Je n’ai même pas pu acheter l’uniforme, pas même un simple crayon. Je n’ai rien acheté, je n’y arrive pas. Mes enfants sont là à jouer pendant que d’autres enfants sont à l’école. Je ne peux même pas les inscrire dans une école publique,” déclare Anny Boloko, mère de famille et veuve.

0%

RDC: pays où l'enseignement est laissé à l'abandon par le régime en place. Un calvaire pour parents et élèves

Quelques jours après la rentrée scolaire en République démocratique du Congo, l’heure n’est pas encore à la grande affluence dans les écoles.

A kinshasa la capitale, les bancs de nombreux établissements attendent toujours leurs occupants. Les parents évoquent le manque de moyens financiers.

“J’ai 2 garçons et une fille, en ce moment, ils ne peuvent pas se rendre à l’école, je n’ai pas de moyen, aucune possibilité. Je n’ai même pas pu acheter l’uniforme, pas même un simple crayon. Je n’ai rien acheté, je n’y arrive pas. Mes enfants sont là à jouer pendant que d’autres enfants sont à l’école. Je ne peux même pas les inscrire dans une école publique,” déclare Anny Boloko, mère de famille et veuve.

“Je me suis battue corps et âme comme tout parent se démerde pour faire étudier ses enfants. C’est uniquement le dernier de mes fils qui est à l‘école. Tous les autres sont restés à la maison faute de moyen pour payer les frais d‘étude,” rajoute Hortense Kabalira, mère de 4 enfants.

Certes, la constitution congolaise garantit la gratuité de l’enseignement primaire, mais dans les faits ce n’est pas le cas, et les parents fournissent d’ailleurs une partie du salaire des enseignants aussi bien dans le privé que dans le public.

Maker Mwangu est ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel : “le gouvernement a pris en charge des paiements dans certaines écoles, des salaires des enseignants. C’est vrai que nous n’avons pas encore réussi à payer tous les enseignants, mais au moins, dans beaucoup d’écoles, nous payons les salaires des enseignants.”

En RDC, la part des ménages dans la scolarisation des enfants est estimée par l’Unicef à près de 77% des dépenses totales de l‘éducation. Selon un récent rapport de l’ONU, il faudra encore plusieurs dizaines d’années, pour voir tous les petits Congolais enfin aller à l’école. ARTV NEWS avec AFP

Laisser un commentaire