Share
RDC : Pour commander toujours la RDC, Joseph Kabila partagé entre deux probables dauphins, pour contrer Katumbi

RDC : Pour commander toujours la RDC, Joseph Kabila partagé entre deux probables dauphins, pour contrer Katumbi

La rencontre entre Joseph Kabila et les parlementaires dans sa ferme de Kingakati a dû apaiser le climat politique en République démocratique du Congo (RDC). Face aux rumeurs sur sa volonté de briguer un troisième mandat, le chef de l’Etat a indiqué qu’il n’a jamais dirigé une rencontre de sa famille politique au cours de laquelle il a parlé de la révision de la Constitution. Du coup, Joseph Kabila relance le débat sur son dauphin.

MP : « Quel dauphin pour Joseph Kabila ? », « Joseph Kabila a son candidat ». Ces titres parus le mardi 6 octobre à la Une des journaux Le Phare et Le Potentiel résument un peu la démarche amorcée par le camp présidentiel à la réunion en ce qui concerne la présidentielle de novembre 2016. A moins d’un retournement de situation, tous les analystes politiques estiment que le chef de l’Etat congolais, sans le dire clairement, a annoncé sa (non) candidature lors de la prochaine bataille présidentielle.

Du coup, ce que d’aucuns qualifient désormais de la « Déclaration de Kingakati » va relancer le débat sur le choix du dauphin de l’actuel locataire du Palais de la Nation. Il y a quelques mois, votre journal estimait que si Joseph Kabila ne se lance pas dans la course présidentielle en 2016, il devra choisir entre Augustin Matata (l’actuel Premier ministre) et Aubin Minaku (le président de l’Assemblée nationale).

Choix difficile

Selon des sources proches de la Majorité présidentielle, la guéguerre que se livrent les deux personnes dans la presse interposée depuis un certain temps peut expliquer cela. « C’est comme si chacun des deux camps savait que le chef de l’Etat, l’autorité morale de la Majorité présidentielle, pouvait être aux abonnés absents lors de la présidentielle de 2016 », commente un analyste. Pour qui battra le cœur de Joseph Kabila si jamais il devrait départager les deux personnalités ? A cette question, d’aucuns estiment que seul le chef de l’Etat, Joseph Kabila, détient le secret. « Les deux cadres du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie [PPRD] bénéficient de la confiance de l’autorité morale de la Majorité présidentielle, reconnaît un cadre du parti présidentiel. Celui qui sera choisi saura bien défendre les couleurs de notre famille politique ». A moins d’une surprise signée Joseph Kabila, l’une des deux personnes citées ci-haut devrait être désignée comme le candidat de la Majorité présidentielle lors de la prochaine bataille présidentielle.

Moïse Katumbi était le favori, mais…

« Moïse Katumbi serait le meilleur cheval du PPRD et de la Majorité présidentielle lors de la prochaine présidentielle s’il était encore resté à la MP ». Malheureusement, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga a pris la grave décision de quitter le PPRD et d’accepter d’éventuelles représailles.

En novembre 2016, Moïse Katumbi sera sûrement sur la liste de candidats qui se lanceront à l’assaut du Palais de la Nation. Gabriel Kyungu, le président de l’Union des nationalistes et fédéralistes du Congo (Unafec), l’un des sept partis qui ont été exclus de la Majorité présidentielle, vient de proclamer Moïse Katumbi comme étant le candidat de son parti. Il a promis de proposer la candidature du président du TP Mazembe à ses amis du G7.

D’autres observateurs de la scène politique congolaise croient que la situation pourrait aussi évoluer dans le sens de voir les deux camps se rapprocher. Dans ce cas-là, un consensus pourrait se dégager au sein de la MP autour de la candidature de l’ex-gouverneur du Katanga.

CN
Congo Nouveau

Laisser un commentaire