Share
RDC : Thomas Perriello chez Tshisekedi à Bruxelles

RDC : Thomas Perriello chez Tshisekedi à Bruxelles

Thomas Perriello, l’envoyé spécial du président américain Barack Obama dans les Grands Lacs, a eu un long entretien avec le président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, le lundi 19 octobre 2015 à Bruxelles, dans le cabinet de travail de ce dernier. C’était en présence du Secrétaire général de ce parti, Bruno Mavungu, et du Secrétaire général adjoint, Bruno Tshibala, en séjour en Belgique depuis une semaine, en provenance de Kinshasa, ainsi que du docteur Ilunga Oly, un des conseillers du célèbre opposant congolais.

Selon des sources proches de la présidence de l’UDPS, les deux personnalités ont passé en revue la situation politique en République démocratique du Congo. On croit savoir qu’ils ont échangé autour du processus électoral présentement bloqué, du remplacement de l’abbé Malumalu à la tête de la Ceni, du projet de dialogue national au sujet duquel des émissaires du président Kabila et d’Etienne Tshisekedi avaient eu des pré-négociations à Venise, Italie, (août 2015), et Ibiza, en Espagne (septembre 2015) avant que ce dernier ne décide le retrait pur et simple des siens de la scène.

Selon des indiscrétions qui s’échappent de plusieurs états-majors politiques à Kinshasa, les contacts ne seraient pas définitivement rompus entre les deux parties. Ils seraient même élargis à d’autres formations politiques de l’Opposition, avec l’accompagnement de plusieurs diplomates occidentaux. Thomas Perriello pourrait figurer sur la liste de ceux qui s’activent en coulisses pour amener les congolais à se retrouver, à tout prix, autour de la table des négociations, afin de sauver un processus électoral qui s’enfonce petit à petit dans le fameux « glissement », entendez la prolongation automatique des mandats des élus de 2006 et 2011, et singulièrement du chef de l’Etat, au-delà de 2016.

La consultation d’Etienne Tshisekedi par un émissaire d’Obama, dans sa retraite de Bruxelles, où il séjourne depuis le mois d’août 2014, est lourde de signification. D’aucuns y voient le caractère incontournable de ce leader politique, candidat à l’élection présidentielle de 2011, dans la résolution de la crise congolaise. La promesse de l’UDPS de prendre part au dialogue initié par Joseph Kabila et préconisé par l’Accord-cadre d’Addis-Abeba est perçue comme un gage sérieux de la réussite de ce forum, à condition que toutes les parties se mettent d’accord sur les termes de référence : format, lieu d’accueil, durée, nature de la médiation, ordre du jour.

Kimp
Le Phare

Laisser un commentaire

*