Share
RDC : Un policier qui fait l’honneur d’un pays, devient à Kinshasa, dans ses heures perdues un malheureux cordonnier.

RDC : Un policier qui fait l’honneur d’un pays, devient à Kinshasa, dans ses heures perdues un malheureux cordonnier.

RDC : Un policier qui fait l’honneur d’un pays, devient à Kinshasa, dans ses heures perdues un malheureux cordonnier.
Summary:
Quel est le poste régalien qui fait le socle, la fierté et l'honneur d'un pays ? C'est bien, son armée et sa police... Ce que nous voyons dans le coin d'une petite rue d'un quartier, est simplement l'image d'un état en déliquescence.

0%

RDC : Un policier qui fait l'honneur d'un pays, devient à Kinshasa, dans ses heures perdues un vulgaire cordonnier.

Quel est le poste régalien qui fait le socle, la fierté et l’honneur d’un pays ? C’est bien, son armée et par déclinaison, sa police…L’image qu’on voit, est la résultante, surtout la preuve d’un état en état d’effritement total.

Un pays lézardé, où toutes sortes de reptiles peuvent entrer…En conséquence de cause, pour conforter mes propos, toutes les institutions sont noyautées par ceux qui veulent son émiettement…Ce que nous voyons dans le coin d’une petite rue d’un quartier à Kinshasa, est simplement l’image d’un état en déliquescence. Un régime au bord de l’implosion !

On fait fi à l’essentiel (sic), qui est notre armée et police pour se lancer dans la médiocrité avérée d’une république bananière. Un policier devient dans ses heures perdues, un vulgaire cordonnier, afin de soulager ses pieds et sa souffrance avec ses longues marches journalières.
Pendant ces temps perdues à recoudre ses bottes, les antivaleurs, les Kulunas (bandits) écument les cités pour faire leur loi. Oui, la loi de la jungle qui caractérise ce pays grand aux pieds d’argile.
C’est seulement en RDC qu’on peut tout simplement observer une telle scène, qui en dit long de nos institutions…
UN POLICIER CONGOLAIS DEVIENT DANS SES HEURES PERDUES UN MALHEUREUX CORDONNIER
Sans sous dans la poche pour payer un cordonnier, ce malheureux policier, prendra la place du cordonnier désabusé, ahuri, ainsi que les badauds médusés en observant la scène d’une république bananière.
UN POLICIER CONGOLAIS DEVIENT DANS SES HEURES PERDUES UN MALHEUREUX CORDONNIER
Le policier gardien de la paix se substitue à un cordonnier pour recoudre sa botte en piteux état…No commet !
Roger BONGOS

Laisser un commentaire

*