Share
RDC:L’Eps-Inc et l’Unicef visent 2 millions d’enfants de 6 à 7 ans en 1ère primaire

RDC:L’Eps-Inc et l’Unicef visent 2 millions d’enfants de 6 à 7 ans en 1ère primaire

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et Initiation à la Nouvelle citoyenneté (EPS-INS), Maker Mwangu, a procédé, hier lundi 17 Août 2015 à Kinshasa, au lancement de la campagne d’inscription en 1ère année primaire des enfants de 6 à 7 ans.


Cette campagne d’inscription de nouveaux entrants, indique-t-il, vise à inscrire plus de 2 millions d’enfants de 6 à 7 ans en première année primaire.

Elle est organisée au seuil de la sixième année de la mise en œuvre de la politique de la gratuité de l’enseignement primaire dans les établissements publics.

» Si cette mesure est appliquée de manière exhaustive et correcte, elle lèvera le principal obstacle (financier) à la scolarisation des enfants, ouvrir les portes de l’école à d’autres enfants et adolescents en dehors de l’école (EADE) et donnera des chances égales à la scolarisation à tous les enfants de la RDC » soutient Maker Mwangu. La campagne d’inscription 2015-2016 marque également le dernier pas vers l’atteinte des Omd, ce qui justifie davantage son importance et sa singularité par rapport aux autres campagnes.

La cérémonie de son lancement s’est déroulée à l’école primaire Kilimani, première école primaire de la ville province de Kinshasa construite en 1909. Dans leur mot de circonstance lu par l’élève Jacob, les élèves de l’EP Kilimani ont remercié le gouvernement de la RDC pour ses efforts fournis pour la revalorisation de l’éducation dans le pays et demandent au gouvernement congolais de plaider leur cause auprès de Joseph Kabila à qui ils implorent la construction de nouvelles écoles et la réhabilitation de celles détruites par la vétusté comme l’EP Kilimani.

» La symbolique est forte du fait que le lancement de la campagne d’inscription en 1ère année primaire des enfants de 6 et 7 ans a eu lieu à la première école primaire de Kinshasa. La vision est d’avoir des ressources humaines compétentes. Pour ce faire, il faut lire, écrire et calculer. Et ceci commence à 6 ou 7 ans « , a déclaré la ministre provinciale de l’Education, Thérèse Olenga.

Il sied de signaler que ladite campagne se base sur les résultats de l’enquête nationale sur les EADE réalisée en 2012. Cette enquête révèle que 7,3 millions d’enfants et adolescents de 5 à 17 ans sont en dehors de l’école. Parmi eux, environ 3 sur 10 (29%) soit 2,1 millions d’enfants sont âgés de 6 ou 7 ans et sont admissibles en première année primaire. En plus, 77,2% des EADE soit 5,6 millions d’enfants vivent en milieu rural et 52,8% d’entre eux sont des filles.

» Trop d’enfants entrent de manière tardive dans le système scolaire avec comme conséquence de mauvais résultats. Nous devons corriger cela en réduisant les barrières qui favorisent l’exclusion scolaire.

Il s’agit notamment du coût de la scolarisation, de la distance entre l’école et la résidence, de l’inégale répartition des infrastructures scolaires, l’insuffisance des ressources humaines et des fournitures scolaires ainsi que les conflits armés « , a affirmé le ministre de l’EPS-INC.

La campagne s’appuie à la fois sur l’un des principaux axes du Plan Intérimaire de l’Education (PIE), en l’occurrence l’accroissement de l’accès et de l’accessibilité à l’enseignement primaire, et sur la mise en œuvre de la loi cadre du 11/02/2014. Elle prend en compte aussi bien les progrès accomplis depuis l’enquête EADE que les enseignements relatifs à l’éducation inclusive et à l’éducation à la paix.

Le rapport d’Etat du Système National (RESEN) indique que les indicateurs de couverture, d’accès et d’achèvement au primaire, sont encourageants. Des progrès significatifs ont été réalisés avec une baisse régulière de la proportion des enfants en dehors de l’école qui a chuté de 38,5% en 2007 (Enquête démographique et de santé 2007) à 28% en 2012 (EADE 2012).

» La place des enfants est à la l’école, aucun facteur d’exclusion n’est acceptable. C’est la responsabilité des écoles et du secteur scolaire de maintenir les enfants à l’école en mettant en place des systèmes d’alerte et de suivi efficaces en cas d’absence d’un enfant dans la salle de classe.

En vue de favoriser la rétention des enfants de 6 à 7 ans nouvellement inscrits en première année, l’Unicef va distribuer à plus de 1,4 millions d’enfants des fournitures scolaires « , a précisé la Représentante adjointe de l’Unicef, Sylvie Fouet.

En plus de l’information et de la sensibilisation des parents et des communautés sur l’importance et les avantages de l’éducation des enfants, la campagne » Filles et garçons, tous à l’école » organise, dans les deux semaines qui suivent la rentrée scolaire, des activités d’identification des enfants non encore inscrits.

A travers la stratégie » porte à porte » et » ménage par ménage « , ces activités permettent de sensibiliser les parents ou tuteurs des enfants identifiés sur l’importance et les avantages de l’éducation et de les inciter à inscrire sans tarder tous leurs enfants en âges scolaires à l’école.

Par Carroll Madiya

LA TEMPETE DES TROPIQUES

Laisser un commentaire

WordPress spam bloqué par CleanTalk.