Share
RDCONGO: L’ONU RÉCLAME LA TENUE DES ÉLECTIONS SELON LE CALENDRIER RETENU

RDCONGO: L’ONU RÉCLAME LA TENUE DES ÉLECTIONS SELON LE CALENDRIER RETENU

Le Conseil de sécurité “demande à toutes les parties de travailler ensemble pour la tenue des élections dans le calendrier” retenu du 23 décembre en République démocratique du Congo, a déclaré mercredi son président en exercice, l’ambassadeur néerlandais, Karel van Oosterom.

RDCONGO: L’ONU RÉCLAME LA TENUE DES ÉLECTIONS SELON LE CALENDRIER RETENU
Summary:
Le Conseil de sécurité "demande à toutes les parties de travailler ensemble pour la tenue des élections dans le calendrier" retenu du 23 décembre en République démocratique du Congo, a déclaré mercredi son président en exercice, l'ambassadeur néerlandais, Karel van Oosterom.

0%

RDCONGO: L'ONU RÉCLAME LA TENUE DES ÉLECTIONS SELON LE CALENDRIER RETENU

Des urnes le 21 février 2018 prêtes pour les élections en République démocratique du Congo | AFP/Archives | John WESSELS


Le Conseil de sécurité “demande à toutes les parties de travailler ensemble pour la tenue des élections dans le calendrier” retenu du 23 décembre en République démocratique du Congo, a déclaré mercredi son président en exercice, l’ambassadeur néerlandais, Karel van Oosterom.

Lors de consultations à huis clos, les 15 membres du Conseil de sécurité ont aussi “condamné le recours à la violence lors de manifestations le 25 février dans différentes localités de RDCongo”, a-t-il ajouté à l’issue de leur réunion, alors qu’une grève générale est organisée vendredi en mémoire des militants tués ce jour-là par des forces de l’ordre.

Le Conseil “déplore profondément la perte de vies humaines et demande aux autorités de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales, notamment le droit de se réunir pacifiquement, et d’exercer le maximum de retenue dans leur réponse aux manifestations”, a précisé le diplomate néerlandais.

Ces manifestations de février visaient à demander au président Joseph Kabila, dont le mandat s’est achevé en décembre 2016, de déclarer qu’il ne se représenterait pas à la présidentielle. Sa position à ce sujet reste floue.

Les membres du Conseil de sécurité “notent la remise en liberté de 25 prisonniers politiques et réitèrent leur demande de libération des détenus politiques restant”, a aussi déclaré Karel van Oosterom.

Laisser un commentaire