Share
Relaxe à la cour d’appel de Bangui, du candidat Michel AMINE exclu, pour permettre à Dologuele de gagner des élections présidentielles en RCA…

Relaxe à la cour d’appel de Bangui, du candidat Michel AMINE exclu, pour permettre à Dologuele de gagner des élections présidentielles en RCA…

Relaxe à la cour d’appel de Bangui, du candidat Michel AMINE exclu, pour permettre à Dologuele de gagner des élections présidentielles, le sort s’est acharné sur le comploteur du candidat du peuple…

À l’heure où la radio onusienne, Ndeke Luka, inlassablement annonce les résultats partiels, des élections présidentielles entre Anicet Dologuele et Archange Touadera  sur des préfectures qui restent. Dologuele dans son QG n’a que les yeux pour pleurer. Un raz de marée déjà annoncé comme, un chant de cygne, pour la proclamation finale de celui qui prendra les commandes de la RCA.

La ville de Bangui était acquise à Michel AMINE qui d’ailleurs n’avait pas personnellement donné, les consignes de vote, a laissé ses lieutenants en bon démocrate de ses décider. Le choix de Touadera était celui qui correspondait au regard de ce que ses fidèles ont fait sur le terrain pour faire élire Touadera. La sanction a été sans appel contre celui qui avait comploté contre Michel AMINE.

4864624_6_b9e6_des-partisans-de-faustin-archange-touadera-a_fb93ddfa567a742f32ac536557064e1f

Faustin Archange Touadéra, avait obtenu plus de 121.173 voix, contre Monsieur 10%, Anicet George Dologuele, qui se consolera avec seulement 48.912 voix environ. Un camouflé pour celui qui se voyait déjà président de la république en Centrafrique. Ces chiffres annoncés sont ceux émanant de l’Autorité Nationale des Election, ANE en sigle, qui ne concernaient que la ville de Bangui et une partie de l’Ombella Mpoko…

Ce candidat par défaut, à défaut de Michel AMINE, devance ainsi son adversaire de plus de 72000 voix. Voyant sa défait approche, Anicet Dologuele, d’après les informations qui circulaient, il serait rentrer en contact avec le rapporteur de l’ANE, afin de renverser la tendance. Il a été pris la main dans le sac. D’après des informations recoupées à Bangui, le Magistrat incriminé Jules Ngouadé Baba, rapporteur général de l’ANE serait collusion et en intelligence avec Monsieur Anicet Goerge Dologuélé au domicile du frère du Candidat, un douanier très peu fréquentable, me dit-on.

Une rencontre en catimini, comme par hasard derrière, une auberge restaurant qui porte le nom bien révélateur, «Le catimini», afin de bourrer les urnes et de traficoter les résultats…L’ANE a vite réagi pour éviter que les dépouillements soient entachés d’irrégularité, le rapporteur en question a été écarté du déroulement des comptages, qu’on assiste en direct sur la radio Ndeke Luka.

ECTIONS RCA

En mauvais perdant, le fourbe de Dologuele, Monsieur 10%, pour noyer le poisson, il accuserait à son tour, Monsieur Archange Touadéra de fraudes organisées… Sans sourciller, il dira devant la presse internationale, dans ces termes, je cite : « Nous détenons à ce jour des preuves tangibles de fraudes organisées par le camp adverse à Bangui et dans les provinces »…

Ce qu’il oublie ce Monsieur «propre », qu’il avait avec ses amis, organisé l’invalidation de Michel AMINE aux élections présidentielles. Aujourd’hui au moment où les yeux sont braqués vers l’ANE, la cour d’appel dans le silence assourdissant vient de donner raison à Michel AMINE. Oui, la cour dira : Infirme, le jugement entrepris dans toutes ses dispositions ; statuant à nouveau ; Relaxe purement et simplement, le prévenu pour infraction non constituée…( voir pièce en annexe )

Ses détracteurs, en commençant par Madame SAMBA PANZA, Samedi Karnou, Ziguelé, l’ancien Ministre de la justice, Aristide SOKAMBI, ancien procureur général, Hulbert Dolet, Anicet Dologuele et Demafouth, sont largués par cet arrêt de la cour. Et montre à escient, qu’il était nécessaire d’évincer le candidat Michel AMINE qui d’après les sondages commandés avant la campagne présidentielle,qu’il allait gagner ces élections haut la main… Ce n’est qu’une partie remise, dixit, la victime de cette cabale, Amine Michel.

Dologuele dira à qui veut l’entendre qu’il regrette aujourd’hui, l’éviction de Michel AMINE par une manigance bien organisée ourdie contre sa candidature.

Michel AMINE prend à témoin, les centrafricains par rapport à cette cabale et donne rendez-vous à ses électeurs d’ici les prochaines élections qui auront en Centrafrique…Et se remet à Dieu exalté soit-il.

Roger BONGOS

Pièce en annexe :

b2b2

Laisser un commentaire

*