Share
Scènes de liesse à Alep où les partisans du régime ont envahi les rues. Chrétiens et musulmans ensemble !

Scènes de liesse à Alep où les partisans du régime ont envahi les rues. Chrétiens et musulmans ensemble !

Scènes de liesse à Alep où les partisans du régime ont envahi les rues. Chrétiens et musulmans ensemble !
Summary:
«Aujourd'hui la vie est revenue à Alep»: des milliers d'habitants ont déferlé jeudi soir dans les rues de la deuxième ville de Syrie, célébrant malgré un froid glacial la reprise par le régime du contrôle total de la métropole.

0%

Scènes de liesse à Alep où les partisans du régime ont envahi les rues

«Aujourd’hui la vie est revenue à Alep»: des milliers d’habitants ont déferlé jeudi soir dans les rues de la deuxième ville de Syrie, célébrant malgré un froid glacial la reprise par le régime du contrôle total de la métropole.

Ces scènes de liesse ont eu lieu surtout dans les quartiers de l’ouest d’Alep, restés sous contrôle du régime de Bachar al-Assad depuis 2012. Les quartiers Est, autrefois tenus par la rébellion, mais reconquis un à un par une offensive meurtrière de l’armée, ont vu partir dans la soirée les derniers convois d’habitants évacués.

«Notre joie est immense. La vie est revenue à Alep aujourd’hui», a lancé avec enthousiasme l’avocat Omar Halli, qui attend désormais «la victoire pour toute la Syrie».

L’armée syrienne a annoncé jeudi soir dans un communiqué avoir repris le contrôle total d’Alep, remportant ainsi sa plus grande victoire contre les rebelles qui luttent depuis 2011 contre le régime et qui avaient fait de l’est de la cité l’un de leurs fiefs les plus importants.

Aussitôt l’annonce faite, des tirs de célébrations ont éclaté et des milliers de personnes ont envahi les rues et les grandes places de la ville pour marquer l’évènement, a rapporté le correspondant de l’AFP à Alep.

Certains brandissaient des portraits du président Assad ou encore des drapeaux syrien ou russe: la prise d’Alep n’aurait pas pu se faire sans l’appui de Moscou, engagé militairement en Syrie au côté du régime depuis septembre 2015.

Des cortèges de voitures défilaient, les conducteurs klaxonnant sans interruption pour exprimer leur joie. Sur les grandes places, les enfants se faisaient peindre les couleurs du drapeau syrien sur les joues.

«Je ne peux pas dire ce que je ressens. Cela fait cinq ans qu’on attend cela, on a souffert avec les insurgés, les coupures d’eau et d’électricité», confie Rana al-Salem, 29 ans, les larmes aux yeux et la voix couverte par les tirs de célébration qui l’entourent.

«Dieu, la Syrie, Bachar et c’est tout!», «Hey, Hey, Hey Alep!», «Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi, Syrie!», scandaient les habitants.

Certains se prenaient en photo au milieu de la foule, tandis que d’autres tiraient des feux d’artifice.

«Ma mère a juré que je ne me marierai que dans notre maison, dans la Vieille ville», a confié à l’AFP Assaad, 26 ans. «Je vais revenir dans notre maison et construire un nouvel étage pour m’y installer après mon mariage».

La Vieille ville, quartier pluri-centenaire accueillant notamment la Mosquée des Omeyyades et la citadelle, a été placée en 2013 par l’UNESCO sur la liste des sites du patrimoine mondial en danger, alors que durant quatre ans, le secteur a été l’une des principales lignes de front de la métropole.

«Alep retrouvera son influence d’antan», a assuré Aly Akkam, un marchand originaire de cette ville, ancien poumon économique de la Syrie. Il souhaite lui aussi revenir dans la Vieille ville et retrouver son magasin de textile qu’il a dû abandonner à cause des combats.

Rediffusant à plusieurs reprises tout au long de la soirée le communiqué de l’armée, la télévision publique a diffusé des images montrant les célébrations à Alep, mais aussi dans d’autres villes de Syrie contrôlées par le régime, Homs et Lattaquié.

«Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi, Ô Bachar!», scandaient les manifestants filmés par la télévision syrienne à Alep.AFP

Laisser un commentaire