Share
SÉNÉGAL/MALI ONT-ILS CÉDÉS À LA PRESSION D’ERDOGAN ? FERMETURE D’ÉCOLES LIÉES À GÜLEN, EN CONFLIT AVEC ANKARA

SÉNÉGAL/MALI ONT-ILS CÉDÉS À LA PRESSION D’ERDOGAN ? FERMETURE D’ÉCOLES LIÉES À GÜLEN, EN CONFLIT AVEC ANKARA

Le Sénégal et le Mali ont fermé lundi des écoles privées gérées par des groupes proches du prédicateur turc exilé Fethullah Gülen, une décision qui inquiète les parents d’élèves dans les deux pays.

SÉNÉGAL/MALI ONT-ILS CÉDÉS À LA PRESSION D’ERDOGAN ? FERMETURE D’ÉCOLES LIÉES À GÜLEN, EN CONFLIT AVEC ANKARA
Summary:
Le Sénégal et le Mali ont fermé lundi des écoles privées gérées par des groupes proches du prédicateur turc exilé Fethullah Gülen, une décision qui inquiète les parents d'élèves dans les deux pays.

0%

SÉNÉGAL/MALI ONT-ILS CÉDÉS À LA PRESSION D'ERDOGAN ? FERMETURE D'ÉCOLES LIÉES À GÜLEN, EN CONFLIT AVEC ANKARA

User Rating: 0 (0 votes)

Une école privée gérée par un groupe proche du prédicateur turc exilé Fethullah Gülen fermée à Dakar, le 2 octobre 2017 | AFP | Seyllou


Le Sénégal et le Mali ont fermé lundi des écoles privées gérées par des groupes proches du prédicateur turc exilé Fethullah Gülen, une décision qui inquiète les parents d’élèves dans les deux pays.

A Dakar, des policiers ont interdit l’accès à l’une des neuf écoles gérées dans le pays par l’association turque Baskent Egetim, liée à Fethullah Gülen, ont rapporté des journalistes de l’AFP.

La rentrée est effective depuis le 11 septembre.

A Bamako, les forces de l’ordre ont également interdit l’accès aux écoles liées à M. Gülen. Un huissier a fait changer les serrures des portes, selon un journaliste de l’AFP.

Le ministère sénégalais de l’Intérieur avait annoncé samedi dans un communiqué que “les écoles portant l’appellation Yavuz Selim”, gérées par Beskent Egetim et comptant quelque 3.000 élèves dans le pays, “n’étaient sont plus fonctionnelles”.

Les autorités sénégalaises avaient en décembre 2016 déjà retiré l’arrêté d’agrément à cette association turque qui assurait depuis 1999 la gestion du groupe scolaire.

Beskent Egetim, qui a dénoncé des pressions du président turc Recep Tayyip Erdogan, a été remplacée par la Fondation turque Maarif. Les avocats de Yavuz Selim ont depuis porté plainte contre l’Etat du Sénégal et l’affaire est pendante devant la justice.

Au Mali, un document officiel daté du 12 août, signé par le gouvernement et la Fondation Maarif, abroge les arrêtés de création et d’ouverture des quatre établissements dans le pays (dits “écoles Collèges Horizon”), trois dans la capitale et un autre à Ségou (centre).

Ces écoles, qui comptent environ 3.000 élèves, ont été confiées à la Fondation Maarif.

“Les problèmes politiques, nous on s’en fout. Ce qui nous intéresse, c’est que nos enfants rentrent dans leurs classes”, a déclaré lundi à Dakar un parent d’élève, Mansour Guèye.

A Bamako, le Premier ministre rencontrait lundi une délégation de parents d’élèves se disant “inquiets”, alors que la rentrée est prévue le 9 octobre, selon une source à la primature.

La Turquie a ces dernières années renforcé sa présence économique en Afrique. Au Sénégal sont présentes de nombreuses entreprises turques, dont Summa et Limak, qui ont terminé les travaux d’un nouvel aéroport international près de Dakar dont l’inauguration est prévue en décembre.

La Turquie a également construit un centre de conférence international, où s’est tenu le 15e sommet de la Francophonie en 2014.

Dès l’échec du putsch du 15 juillet 2016, qu’il accuse Fethullah Gülen d’avoir fomenté, ce que l’intéressé nie catégoriquement, le président Erdogan avait lancé une offensive contre toutes les écoles et universités du prédicateur, en Turquie et dans 120 pays.

Laisser un commentaire