Share
Somalie: les shebab s’emparent d’une ville à la frontière kényane

Somalie: les shebab s’emparent d’une ville à la frontière kényane

Somalie: les shebab s’emparent d’une ville à la frontière kényane
Summary:
Des terroristes shebab ont pris le contrôle vendredi d'une ville somalienne proche du Kenya après avoir attaqué sa base militaire et tué plusieurs soldats, selon des responsables locaux et des habitants. Selon l'AFP, une douzaine de personnes, surtout des soldats, sont mortes dans les combats qui ont débuté en fin d'après-midi et ont abouti à la prise d'Elwak par les shebab, après une bonne heure d'affrontements.

0%

Somalie: les shebab s'emparent d'une ville à la frontière kényane

Des soldats somaliens patrouillent dans une rue de Mogadiscio après un attentat à la bombe, le 30 août 2016 ©AFP


Des terroristes shebab ont pris le contrôle vendredi d’une ville somalienne proche du Kenya après avoir attaqué sa base militaire et tué plusieurs soldats, selon des responsables locaux et des habitants.

Selon l’AFP, une douzaine de personnes, surtout des soldats, sont mortes dans les combats qui ont débuté en fin d’après-midi et ont abouti à la prise d’Elwak par les shebab, après une bonne heure d’affrontements.

Les soldats somaliens ont battu en retraite vers la frontière kényane, distante de trois kilomètres, laissant le contrôle de la localité aux terroristes shebab affiliés à Al Qaïda, selon les témoignages.

Selon Omar Adan, les shebab sont arrivés déguisés en soldats kényans, dans des véhicules militaires volés à l’armée kényane.

“Les combattants shebab ont pris le contrôle d’Elwak après avoir attaqué la base militaire. Au moins 10 soldats ont été tués dans les combats, dont le commandant de la base.”, a-t-il dit à l’AFP.

Les shebab ont revendiqué la prise de ville dans un communiqué diffusé sur le compte Telegram de leur radio Andalus, affirmant avoir tué des dizaines de soldats.

Chassés de la capitale somalienne Mogadiscio il y a cinq ans, les shebab continuent de mener une guérilla sans merci contre le gouvernement.

Laisser un commentaire