Share
La téléphonie après son retour : une facture de 60 000 € après dix jours au Maroc

La téléphonie après son retour : une facture de 60 000 € après dix jours au Maroc

La téléphonie après son retour : une facture de 60 000 € après dix jours au Maroc
Summary:
Une petite entreprise a reçu une facture pharaonique de Bouygues Télécom après le déplacement d'une de ses salariées à l'étranger. Le « BILL SHOCK », ou « choc de facturation », ça existe encore. On croyait ce type de désagréments disparu sous l'effet d'une nouvelle réglementation soucieuse de mieux protéger le consommateur voyageant à l'étranger avec son smartphone. Mais l'exemple de Pierre-Alain Guilllot vient nous rappeler, à quelques semaines des grands départs en vacances, que la vigilance reste la meilleure alliée du consommateur en vadrouille. Surtout s'il quitte l'Europe.

0%

Téléphonie après son retour du Maroc : une facture de 60 000 € après dix jours au Maroc

Une petite entreprise a reçu une facture pharaonique de Bouygues Télécom après le déplacement d’une de ses salariées à l’étranger.

Le « BILL SHOCK », ou « choc de facturation », ça existe encore. On croyait ce type de désagréments disparu sous l’effet d’une nouvelle réglementation soucieuse de mieux protéger le consommateur voyageant à l’étranger avec son smartphone. Mais l’exemple de Pierre-Alain Guilllot vient nous rappeler, à quelques semaines des grands départs en vacances, que la vigilance reste la meilleure alliée du consommateur en vadrouille. Surtout s’il quitte l’Europe.

« En août et septembre 2015, raconte le gérant de la société Frigo Driver, implantée dans le Val-de-Marne, j’ai reçu deux factures de Bouygues Télécom qui me réclamait au total 60 410,97 € HT ! Je venais de changer d’opérateur et j’ai d’abord pensé à un piratage. »

Cette facturation, qui est aujourd’hui encore en négociation entre l’avocat de Frigo Driver et Bouygues Télécom, fait suite au déplacement d’une collaboratrice du 11 au 21 août au Maroc. « Elle va régulièrement en Allemagne et en Grande-Bretagne, et il n’y a jamais eu de problèmes », insiste Pierre-Alain Guillot, avant de dénoncer les pratiques de l’opérateur. « Il n’y a eu aucune alerte de consommation. Et d’un seul coup, sans prévenir, la carte SIM a été désactivée. » Ce n’est qu’en se rendant dans une boutique Bouygues que le jeune patron a fait le lien avec le séjour marocain de sa salariée. Mais il conteste toujours la colossale addition.

A 10,24 € le mégaoctet téléchargé, visionner un film coûte 5 000 €

Interrogé, l’opérateur assure respecter toujours le même protocole. « SMS à l’arrivée à l’étranger, SMS à partir d’un certain seuil de consommation, et alerte avant coupure de ligne, par sécurité pour le client en cas de vol », explique-t-on chez Bouygues Télécom. Le Parisien

Laisser un commentaire

*