Share
Un accord international sur le climat conclu au Rwanda à Kigali sur la réduction des gaz HFC

Un accord international sur le climat conclu au Rwanda à Kigali sur la réduction des gaz HFC

Un accord international sur le climat conclu au Rwanda à Kigali sur la réduction des gaz HFC
Summary:
197 Etats ont promis de mettre fin d’ici à 2050 aux hydrofluorocarbures, principalement utilisés comme réfrigérants, dans les climatiseurs et les réfrigérateurs.C’est une nouvelle victoire dans la lutte contre le changement climatique. Les 197 Etats signataires du protocole de Montréal, réunis à Kigali (Rwanda) pour le 28e sommet des parties au protocole, ont négocié, dans la nuit du 15 octobre, les derniers détails d’un accord sur le climat, qui aura mis sept ans à aboutir.

0%

Un accord international conclu au Rwanda à Kigali sur la réduction des gaz HFC

 

197 Etats ont promis de mettre fin d’ici à 2050 aux hydrofluorocarbures, principalement utilisés comme réfrigérants, dans les climatiseurs et les réfrigérateurs.

C’est une nouvelle victoire dans la lutte contre le changement climatique. Les 197 Etats signataires du protocole de Montréal, réunis à Kigali (Rwanda) pour le 28e sommet des parties au protocole, ont négocié, dans la nuit du 15 octobre, les derniers détails d’un accord sur le climat, qui aura mis sept ans à aboutir.

Les discussions ne se sont pas déroulées sous les feux des projecteurs, contrairement à l’accord de Paris de décembre 2015. Mais ses résultats pourraient avoir un impact aussi, voire plus, significatif sur le ralentissement du changement climatique. L’amendement de Kigali – nom officiel de l’accord – signe en effet la fin progressive des hydrofluorocarbures (HFC), gaz dont l’effet de serre est 14 000 fois plus puissant que le CO2. Ces gaz sont principalement utilisés comme réfrigérants, dans les climatiseurs et les réfrigérateurs.

Les réunions ministérielles, qui ont débuté jeudi, se sont déroulées sous haute tension car, selon Clare Perry, une responsable de l’ONG Environmental Investigation Agency, « aucun pays ne veut être responsable de l’échec de la plus grande avancée de l’année 2016 en matière de climat. »

En effet, cet amendement vient se greffer au protocole de Montréal, un des traités environnementaux les plus efficaces jamais négociés. Adopté en 1987 par la communauté internationale, ce traité a abouti, entre autres, à la suppression définitive des chlorofluorocarbures (CFC), principaux responsables de la destruction de la couche d’ozone. Les CFC font également partie des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. Grâce aux efforts consentis depuis cette date, le trou dans la couche d’ozone a diminué d’une superficie équivalente à celle de l’Inde.

Hausse annuelle de 10 % à 15 %

Seul point noir : ce traité a également engendré une explosion de l’utilisation des hydrofluorocarbures. Introduits après le protocole de Montréal comme produits de substitution aux CFC, employés principalement comme gaz réfrigérants et agents propulseurs dans les aérosols. Selon une étude de l’université de Berkeley, leurs émissions progressent aujourd’hui à un rythme annuel de 10 à 15 %.

L’élimination des HFC est donc désormais un des leviers d’atténuation du changement climatique les plus rapides, disponible à moyen terme. Les premières estimations montrent que l’accord trouvé dans la nuit du 15 octobre permettra d’atteindre environ 72 milliards de tonnes équivalent CO2 d’émission évitées d’ici à 2050 – ce qui représente l’équivalent des émissions annuelles de l’Allemagne.

A plus long terme, la réduction cumulée des émissions mondiales pourrait éviter jusqu’à 0,5 °C de réchauffement à l’échelle mondiale d’ici à 2100, et ainsi permettre de réaliser un quart de l’objectif de 2 °C fixé par l’accord de Paris sur le climat, selon une étude publiée l’an dernier par l’Institut pour la gouvernance et le développement durable (IGSD), un think tank basé à Washington.

« Un amendement ambitieux sur les HFC est probablement l’action la plus importante que nous puissions réaliser à ce stade pour limiter le réchauffement de notre planète et la protéger pour les générations futures, a annoncé le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, dans son discours à l’attention des parties. Aucun pays n’a le droit de tourner le dos à cet effort. »

Et tous ont joué le jeu en fonction de leurs capacités. Le texte de l’accord conclu à Kigali divise les pays en trois groupes en fonction de la date à laquelle ils devront réduire l’usage de ces gaz industriels. Tous ensemble, les pays devront réduire les niveaux de HFC de 85 % d’ici à 2047. Les pays développés, comprenant les Etats-Unis et la plupart des pays d’Europe, ouvriront le chemin : ils s’engagent à diminuer l’usage des HFC de 10 % d’ici à 2019 pour les supprimer progressivement d’ici à 2050. Le groupe ambitieux de pays en voie de développement, qui inclut la Chine, a décidé de geler leur production d’ici à 2024. Enfin, alors que le pays était pressenti comme un des freins à l’amendement, l’Inde a consenti, avec un petit groupe de pays moins ambitieux, à geler sa production de HFC d’ici à 2028. L’accord trouvé pour ce dernier groupe a permis de tenir compte des inquiétudes des pays situés dans les régions les plus chaudes de la planète – principalement les pays du Golfe – qui dépendent énormément des systèmes de climatisation.

« Victoire pour le climat »

Afin d’accompagner la transition de ces régions, seize pays – dont les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne et la France – et plusieurs organismes et donateurs privés ont promis de verser une aide de 80 millions de dollars (71,5 millions d’euros). A titre d’exemple, la suppression des HFC d’ici 2050 coûterait à l’Inde environ 34 milliards de dollars (30 milliards d’euros), selon une étude du Conseil en énergie, environnement et eau.

Pour Didier Hauglustaine, directeur de recherche au CNRS, la transition ne devrait pas être difficile. « Les industriels ont montré qu’ils étaient capables de le faire pour les CFC. Il n’y a pas de raison pour que ce soit différent pour les HFC, explique-t-il. Le protocole de Montréal a été bénéfique pour l’ozone dans l’élimination des substances nocives, il devrait l’être aussi pour le climat. » Pour le chercheur, l’amendement adopté est « le lien entre le protocole de Montréal et l’accord de Paris, entre la protection de l’ozone et celle du climat. » Et, à la différence de l’accord de Paris, le protocole de Montréal est un traité coercitif qui engage tous les pays dans des mesures d’atténuation obligatoires, et qui est soutenu par des sanctions. Une bonne nouvelle, donc, pour l’application du traité.

« C’est une grande victoire pour le climat, confirme Miguel Arias Cañete, commissaire européen au climat et à l’énergie. Nous avons pris des mesures concrètes pour honorer nos engagements faits à Paris au mois de décembre 2015. » Lors de l’accord de Paris, qui devrait entrer en vigueur en novembre lors de la COP22 de Marrakech, la communauté internationale s’était en effet engagée à contenir la hausse des températures « bien en deçà des 2° C » et « poursuivre les efforts » pour la limiter à 1,5 °C. Jusqu’à présent les engagements volontaires des Etats mettent le climat terrestre sur la trajectoire d’un réchauffement d’environ 3 °C. Avec le Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/15/premier-pas-vers-la-suppression-des-hydrofluorocarbones-supergaz-a-effet-de-serre_5014205_3244.html#EJD0uwmbejHKGBEo.99

Laisser un commentaire