Share
Une bombe de Daesh à l’origine du crash de l’avion russe dans le Sinaï égyptien, selon les USA

Une bombe de Daesh à l’origine du crash de l’avion russe dans le Sinaï égyptien, selon les USA

Les services secrets américains confirment l’hypothèse anglaise qu’une bombe soit à l’origine du crash de l’avion russe dans le Sinaï égyptien.

La Grande-Bretagne l’affirmait ce mercredi : la crainte qu’une bombe n’ait été responsable du crash de l’avion russe dans le Sinaï égyptien est de plus en plus grande. Les services secrets américains vont désormais également dans ce sens. Le crash serait «  vraisemblablement  » dû à une bombe installée par l’État islamique ou un groupe affilié, a confié un responsable anonyme du renseignement américain à la chaîne CNN.

Un responsable américain a confirmé le caractère «  hautement probable  » du scénario. Commettre ce genre d’attentat est «quelque chose que le groupe Etat islamique cherche à faire», a-t-il également souligné.

L’EI aurait agi depuis l’aéroport de Charm el Chreikh

«  Nous avons le sentiment qu’une bombe a été plantée dans les bagages ou ailleurs dans l’avion. L’État islamique ou un groupe affilié aurait agi depuis l’aéroport de Charm el-Cheikh  », ont rapporté les services secrets – qui tiennent à souligner que leurs conclusions ne sont pas encore officielles.

Les Américains précisent qu’ils se basent sur des documents prouvant que l’activité djihadiste s’est intensifiée dans le Sinaï égyptien avant le crash. Ce mercredi, le groupe État islamique réaffirmait être à l’origine du drame.

Suspension de vols

Le gouvernement britannique a suspendu les vols depuis Charm el-Cheikh vers le Royaume-Uni, le temps pour les experts britanniques envoyés sur place «  d’analyser le dispositif de sécurité en place à l’aéroport et de vérifier si des mesures supplémentaires sont nécessaires  ». L’autorité d’aviation irlandaise a vite emboîté le pas des Anglais : «  L’autorité de l’aviation irlandaise demande aux compagnies aériennes irlandaises de suspendre ses vols vers et en provenance de l’aéroport de Charm el-Cheikh et de ne plus survoler le Sinaï égyptien jusqu’à nouvel ordre  ».

Quatre jours après la catastrophe aérienne le 31 octobre, la pire qu’ait jamais connue la Russie, les causes du crash de l’Airbus A321 de la compagnie charter russe Metrojet, qui a fait 224 morts après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, n’ont pas encore été élucidées.

Au Caire, les enquêteurs espèrent que l’examen des boîtes noires permettra de trancher entre les deux hypothèses envisagées pour expliquer cette catastrophe : l’attentat ou l’accident technique.

ARTV

Laisser un commentaire