Share
DERNIÈRE MINUTE: «Une nation sans frontières n’est pas une nation» dit Trump lors de son point de presse

DERNIÈRE MINUTE: «Une nation sans frontières n’est pas une nation» dit Trump lors de son point de presse

DERNIÈRE MINUTE: «Une nation sans frontières n’est pas une nation» dit Trump lors de son point de presse
Summary:
Le président américain Donald Trump a défendu mercredi le lancement de son projet de construction d'un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, affirmant qu'«une nation sans frontières n'est pas une nation».«À partir d'aujourd'hui, les États-Unis reprennent le contrôle de leurs frontières», a déclaré le nouveau président républicain lors d'une cérémonie au ministère de la Sécurité intérieure. «Les lois (sur l'immigration) seront appliquées avec force», a-t-il ajouté.

0%

Exclusive: «Une nation sans frontières n'est pas une nation» dit Trump

Le président américain Donald Trump a défendu mercredi le lancement de son projet de construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, affirmant qu’«une nation sans frontières n’est pas une nation».

«À partir d’aujourd’hui, les États-Unis reprennent le contrôle de leurs frontières», a déclaré le nouveau président républicain lors d’une cérémonie au ministère de la Sécurité intérieure. «Les lois (sur l’immigration) seront appliquées avec force», a-t-il ajouté.

Le président Trump a signé un décret lançant le projet de construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, la promesse la plus emblématique de sa campagne.

Cinq jours seulement après sa prise de fonctions, le nouveau président républicain a par ailleurs signé, lors d’une cérémonie au ministère de la Sécurité intérieure, un autre décret portant sur une application plus rigoureuse des lois sur l’immigration Ce second décret prévoit en particulier de limiter l’accès aux fonds fédéraux pour les «villes sanctuaires» qui accueillent des immigrants clandestins.

«Construire cette barrière n’est pas seulement une promesse de campagne, c’est une première étape de bon sens pour véritablement sécuriser une frontière qui est aujourd’hui poreuse», a souligné son porte-parole Sean Spicer.

Ce dernier a annoncé la création de davantage de centres de détention le long de la frontière pour qu’il soit «plus facile et moins cher» de détenir puis de renvoyer les immigrants illégaux dans leur pays d’origine.

Interrogé un peu plus tôt sur la chaine ABC, Donald Trump a réaffirmé que le financement de ce mur, dont la construction devrait débuter selon lui «dans les mois à venir», serait, in fine, payé par le Mexique : «Je vous le dis: il y aura un paiement, même si le montage sera peut-être compliqué».

Une délégation officielle mexicaine est présente à Washington pour entamer la renégociation de l’accord de libre-échange ALÉNA (USA, Canada et Mexique). Mais le ministre de l’Économie Ildefonso Guajardo a clairement averti qu’il y avait «des lignes rouges» à ne pas franchir.

Cette première réunion USA-Mexique vise à préparer la rencontre entre le nouveau président américain et son homologue mexicain Enrique Peña Nieto, le 31 janvier à Washington. AFP

Laisser un commentaire