Share
WikiLeaks publie des documents controversés de la CIA

WikiLeaks publie des documents controversés de la CIA

WikiLeaks publie des documents controversés de la CIA
Summary:
Le site WikiLeaks a mis en ligne mardi des milliers de pages qui auraient été dérobées au centre de cyber-renseignements de l'agence américaine du renseignement, la CIA. L'Associated Press n'a toutefois pas été en mesure de confirmer l'authenticité des quelque 8700 documents et fichiers, et la CIA a refusé de commenter. Ce ne serait par contre pas la première fois que WikiLeaks met la main sur des documents secrets du gouvernement.

0%

WikiLeaks publie des documents controversés de la CIA

Le site WikiLeaks a mis en ligne mardi des milliers de pages qui auraient été dérobées au centre de cyber-renseignements de l’agence américaine du renseignement, la CIA.

L’Associated Press n’a toutefois pas été en mesure de confirmer l’authenticité des quelque 8700 documents et fichiers, et la CIA a refusé de commenter. Ce ne serait par contre pas la première fois que WikiLeaks met la main sur des documents secrets du gouvernement.

Des experts qui y ont jeté un coup d’oeil sont d’avis que les documents semblent légitimes et que leur publication risque d’ébranler la CIA.

WikiLeaks affirme que la CIA a «récemment» perdu le contrôle de plusieurs outils de piratage et des documents qui y sont associés. Le site ajoute que «l’archive semble avoir été partagée de manière illicite par d’anciens pirates du gouvernement américain et sous-traitants», et que l’un d’eux «a fourni à WikiLeaks une portion de l’archive».

Les documents couvrent de multiples sujets, par exemple la méthode à utiliser pour prendre le contrôle d’un téléviseur intelligent pour en faire un appareil de surveillance improvisé. WikiLeaks dit que les documents détaillent également les efforts de la CIA pour infiltrer des logiciels et produits américains, comme le iPhone d’Apple ou les plateformes Android de Google et Windows de Microsoft.

Les documents incluraient aussi des techniques d’espionnage numérique empruntées à la Russie et à d’autres pays.

Ces détails pourraient miner la confiance des consommateurs envers les produits électroniques qu’ils utilisent tous les jours.

Un expert a prévenu que les dommages causés par la publication de ces documents sont déjà «très importants», mais que l’impact des autres promis par WikiLeaks pourrait être encore pire.

Un «arsenal» de piratage informatique

WikiLeaks affirme qu’une grande quantité de documents de la CIA mettant au jour «la majorité de son arsenal de piratage informatique» a été diffusée auprès de la communauté de la cybersécurité, et en avoir reçu lui-même une partie qu’il a décidé de rendre publique.

«Cette collection extraordinaire, qui représente plusieurs centaines de millions de lignes de codes, dévoile à son détenteur la totalité de la capacité de piratage informatique de la CIA», avance-t-il.

«Ces archives semblent avoir circulé parmi d’anciens pirates du gouvernement américain et sous-traitants de façon non autorisée, l’un d’entre eux ayant fourni à WikiLeaks une partie de ces archives», poursuit-il.

Selon le site, ces documents montrent que l’agence de renseignement a élaboré plus d’un millier de programmes malveillants, virus, cheval de Troie et autres logiciels pouvant infiltrer et prendre le contrôle d’appareils électroniques.

Ces programmes ont pris pour cible en particulier des iPhone et des systèmes fonctionnant sous Android (Google) – qui serait toujours utilisé par le président Donald Trump -, pour les transformer en appareils d’écoute à l’insu de leur utilisateur, affirme WikiLeaks.

La CIA s’est également intéressée à la possibilité de prendre le contrôle de véhicules grâce à leurs instruments électroniques.

En piratant les téléphones intelligents, relève le site, la CIA parviendrait ainsi à contourner les protections par cryptage d’applications à succès comme WhatsApp, Signal, Telegram, Weibo ou encore Confide, en capturant les communications avant qu’elles ne soient cryptées.

«De nombreuses vulnérabilités exploitées par le cyber-arsenal de la CIA sont omniprésentes et certaines peuvent déjà avoir été découvertes par des agences de renseignement rivales ou par des cyber-criminels», relève WikiLeaks.

Dans un communiqué, Julian Assange a estimé que ces documents faisaient la preuve des «risques extrêmes» induits par la prolifération hors de toute supervision des instruments de cyberattaque.

«On peut faire un parallèle entre la prolifération sans contrôle de telles «armes», qui résultent d’une incapacité à les contenir associée à leur haute valeur marchande, et le commerce mondial des armes», a-t-il relevé.

– Avec AFP

Laisser un commentaire

*