Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Malgré la reprise des pourparlers à Kampala M23 : Lumbala, Bugera et Mbusa Nyamwisi à Pretoria

com

Crée le 31-01-2013 10H20 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le jeudi  31-01-2013 - 22H14 PAR:LE POTENTIEL

 

Faisant partie de la délégation officielle des rebelles, ils ont été  aperçus à Pretoria où ils sont allés rencontrer des autorités sud-africaines en faveur de leur mouvement.

Les pourparlers entre Kinshasa et les rebelles du M23 ont repris timidement hier mercredi 30 janvier 2013 à Kampala. Les discussions avaient été interrompues pendant le sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Ce sommet a décliné le projet d’une force internationale neutre composée des militaires provenant des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), destinée à combattre les groupes armés dont le M23.

Avec la reprise des négociations de Kampala, le M23 se sent donc en meilleure posture et commence même à plaider sa cause hors des frontières. D’après une source diplomatique, une forte délégation du M23 composée de Roger Lumbala, député national déchu qui a rejoint le M23, Deogracias Bugera, ancien compagnon de route de LD Kabila, et Antipas Mbusa Nyamwisi, ancien ministre des Affaires étrangères et député national n’ayant jamais siégé, étaient dans la capitale sud-africaine où ils auraient plaidé la cause rebelle auprès de plus hautes autorités sud-africaines. A l’issue du 20ème sommet de l’Union Africaine tenu dernièrement à Addis-Abeba, des officiels sud-africains ont fait part de la nécessité d’écouter les revendications du M23. Considéré comme une force négative au même rang que les FDLR, le M23 tient à se faire un partenaire valable, pour le retour de la paix dans la partie-Est de la RDC.

Le pays visité, l’Afrique du Sud, pèse lourd sur l’échiquier continental. Il a eu à jouer des rôles importants dans la marche de la RdCongo. Les négociations de l’Outeniqua ayant abouti à la chute du régime de Mobutu ont été rendues possibles grâce aux Sud-africains. Ces derniers ont été aussi d’un grand apport dans l’aboutissement de pertinentes résolutions ayant mis fin aux multiples rébellions. Le système 1+4 a été leur trouvaille. Mais les Congolais en avaient fait de leurs têtes.

 

En relançant Pretoria, la délégation du M23 tient à exploiter à fond l’échec de la diplomatie congolaise à Addis-Abeba où l’accord tant espéré sur la finalisation de la force internationale neutre a été retardé à cause des observations soulevées par le médiateur désigné par la CIRGL sur la guerre au Nord-Kivu. Le choix de l’Afrique du Sud n’est pas hasardeux, non seulement ce pays est très écouté par les sommités de la planète, mais aussi elle dirige la Commission de l’Union Afrique à travers Mme Nkozana Dlamine Zuma.

Les hommes de Jean-Marie Runiga qui, en dehors de l’évaluation de l’Accord du 23 Mars 2009, exigent aussi l’autopsie réelle de la situation politique du pays et l’annulation des résultats des élections du 28 novembre 2011 sans oublier la mise en place d’un conseil national de transition au Congo ne vont pas s’arrêter à mi-chemin.

Au régime de Kinshasa de bien revoir ses stratégies en analyser de près toutes les erreurs d’appréciation commises avant de contrecarrer le M23 qui a difficile à se dépouiller de sa casquette de mouvement à la solde de Kigali et de Kampala contre l’intégrité de la RdCongo.

GODE KALONJI MUKENDI

Repost

Commenter cet article